Guinée-Les tarifs d'appel téléphonique vont-ils augmenter ? Oumar Saïd tranche…

Guinée
Oumar Said Koulibaly, ministre des Postes, télécommunications et de l'Economie numérique
Oumar Said Koulibaly, ministre des Postes, télécommunications et de l'Economie numérique

CONAKRY-Le sujet est presque sur toutes les lèvres : une éventuelle augmentation des tarifs d'appel téléphonique en Guinée. Qu'en est-il réellement ? Ces supputations sont-elles fondées ? Votre quotidien en ligne Africaguinee.com a interrogé le ministre des Postes, télécommunications et de l'Economie numérique. Contrairement aux rumeurs sur une éventuelle augmentation des tarifs d’appel téléphonique, Oumar Said Koulibaly précise que son arrêté relatif à la redevance d’interconnexion n’a rien à voir avec cela. Explications.

« Cet arrêté ne parle et n’a absolument rien à avoir avec une quelconque augmentation des tarifs d’appel. Il n’est pas question d’augmentation des tarifs. Et aucune augmentation ne sera envisageable », a indiqué le ministre Oumar Saïd Koulibaly rappelant qu’aucun opérateur ne peut augmenter ses tarifs sans l’approbation du préalable de l’Autorité de régulation.

« Aujourd’hui, nous sommes en train de permettre à l’État de pouvoir capitaliser sur un segment de marché. Cet arrêté ce n’est pas de l’argent qui va dans la poche d’un ministre. Les syndicats des travailleurs des sociétés de téléphonie m'ont dit que si on prend cet arrêté qu’eux ne vont plus avoir de bonus. Je leur ai répondu que s’ils se préoccupent de leurs bonus personnels, moi ma préoccupation c’est le bien-être des 12 millions des Guinéens. Je veux qu’on m’explique avec des éléments financiers que cela aura un impact sur le travail. Je veux qu’on m’explique avec des éléments comptables que cela aura un impact sur l’investissement.  Nous avons fait le travail avec l’Autorité de régulation qui a l’expertise du marché.

Nous avons des objectifs qui nous ont été assignés par Monsieur président de la République notamment trouver les recettes publiques afin de pouvoir faire face aux nombreux déficits de notre cher pays, et chacun dans son secteur. Nous avons réfléchi et trouvé qu’il y a un segment qui n’est pas adressé dans notre pays. Nous allons essayer d’élargir la redevance sur l’ensemble de ces services. Mais est-ce qu’un investisseur peut imposer à l’État de ne pas faire cela ? Dans ce cas, on ne serait plus dans un Etat souverain. La fiscalité relève du domaine souverain de l’État. Si un opérateur n’est pas d’accord, il vient discuter avec les autorités. Mais je me battrais pour l’intérêt des Guinéens, c’est mon seul credo », a expliqué le ministre.

L’arrêté qui existait avant, a-t-il souligné, taxait uniquement l’interconnexion c’est-à-dire le Off net, entre opérateurs. Chaque segment de marché étant un service, l’Etat a le droit de capitaliser sur chaque service rendu dans le pays, a-t-il précisé.

« Ce que je suis en train de faire, je ne le fais pas pour moi, mais pour la Guinée. (…) L’arrêté est purement technique. Cela n’a rien à voir avec la tarification. Cet arrêté ne changera pas du tout la tarification. Et je répète : Aucun opérateur ne peut augmenter le tarif sur un marché régulé sans l’aval de l’Autorité de régulation. Vous pouvez vérifier si les tarifs vont augmenter.  C’est de la manipulation qu’ils essaient de faire. Ce n’est pas sérieux. Toutes ces agitations, c’est pour instrumentaliser les gens pour que l’Etat recule. Si on accepte cela, ça serait un précédent dangereux, on ne s’en sortira plus jamais. Car ce sont les Multinationales qui décideront à la place de l’Etat », a prévenu Oumar Saïd Koulibaly.

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : 00224 669 91 93 06

Créé le Samedi 17 avril 2021 à 14:46

TAGS