"Sanctions" américaines contre la Guinée : Gabriel Curtis précise...

Guinée
Gabriel Curtis, ministre en charge des Investissements et des Partenariats Publics-Privés
Gabriel Curtis, ministre en charge des Investissements et des Partenariats Publics-Privés

CONAKRY- Bien qu’ayant validé 9 des 20 indicateurs du MCC, la Guinée n’a pas pu accéder à ce programme en raison de la perte d’indicateurs relatifs aux droits démocratiques. L’agence de notation américaine Freedom House, dans son dernier rapport publié le 22 mars 2021, a abaissé de deux points la note de la Guinée dans ce registre. Qu'est-ce qui explique ce recul alors Conakry était à deux doigts de toucher ce programme ? Comment le Gouvernement guinéen compte-t-il inverser cette tendance ? Le ministre guinéen en charge des Investissements et des Partenariats Public-Privés apporte des clarifications alors que ce sujet continue de défrayer la chronique.

En exclusivité au micro d’Africaguinee.com, Gabriel Curtis a tout d'abord précisé que la Guinée, bien que n’ayant pas pu accéder à ce programme, n’a pas perdu 500 millions de U$. Selon lui, il y a eu une mauvaise compréhension de ce programme. Explications.

‘’ Les gens ont mal lu le communiqué. Le MCC donne deux programmes : il y a celui qu’on appelle Seuil, qui est un programme qui donne jusqu’à 45 millions de dollar U$ pour se préparer au Programme le plus important. Ce dernier, on l'appelle programme Compact qui va jusqu’à 500 millions dollars u$. Pour être donc éligible au MCC, vous êtes jugé sur 20 critères. Je précise que pour être éligible au Programme Seuil, il faut avoir 8/20 en général et pour le Programme Compact il faut avoir beaucoup plus. Nous n’avons pas perdu 500 millions dollars U$, nous sommes en train de travailler pour l’éligibilité de la Guinée. Donc notre pays avec 9/20, on est potentiellement éligible’’, a précisé le ministre Curtis, qui recommande tout de même à mieux travailler sur d’autres critères pour être plus éligible.

Lire aussi-Washington : Les premières "sanctions" américaines tombent contre la Guinée

 ‘’Comme je vous l’ai dit, il y a 20 critères qui sont pris avec plusieurs agences de notation. Vous avez la SFI (société financière internationale), le FMI (fonds monétaire international), par exemple pour le taux d’inflation. Vous avez l’UNICEF pour les critères qui sont sur l’Education, vous avez aussi pour les Droits politiques, vous avez aussi RSF (Reporters Sans Frontières), pour le droit à l’information. Donc, ces 20 critères sont jugés sur plusieurs instituts. C’est ce que donc le MCC prend pour collecter et voir ce que vous avez passé comme critères. C’est-à-dire ils ne font que de collecter pour juger si vous remplissez ces critères-là.  La Guinée venait de très loin puisqu’on était à 3/20 et maintenant nous sommes à 9/20. Le rattrapage c’est 8/20. Ce qui veut dire qu’on a évolué puisqu’on est parti de 3 à 9’’ a indiqué le chef du département des investissements et des Partenariats Public-Privés.

Ce qui nous pose problème, aux dires du ministre, c'est la communication.  ‘’Quelque fois sur certains de ces critères, il y a des données qui sont erronées ou qui datent de longtemps. Des domaines comme la santé, l’éducation, ce sont des critères qui sont basés sur des chiffres. Mais les chiffres datent de plusieurs années. Donc, il faut qu’on fasse un effort pour communiquer sur les chiffres les plus récents pour qu’on mette ça à jours’’ a-t-il souligné.

Plus loin, il précise il y en a sur ces 20 critères quelques-uns qui sont liés au droit politique, économique et les critères sociaux, la lutte contre la corruption. Pour inverser la tendance actuelle, afin de pouvoir bénéficier de ce programme américain, Gabriel Curtis compte sur la mobilisation de tout un chacun.

Lire aussi-Conakry répond aux critiques de l’administration Biden : "On nous fait un mauvais procès…"

’C’est de mobiliser tout le monde pour qu’on puisse expliquer et échanger avec ceux qui sont censés faire l’évaluation de la Guinée sur les 20 critères. C’est ce que nous avons fait. Et c’est la raison pour laquelle nous avons mobilisé les Affaires Etrangères pour que nos ambassades qui sont basées dans les pays où sont ces instituts-là qui font l’évaluation de la Guinée, on engage des ré-discussions avec eux. C’est ce que nous faisons avec le ministère de la Sécurité pour qu’il communique plus sur les incidents qu’il y a eu. C’est ce que nous faisons avec le ministère de la justice, celui de l’information.  Le ministre de l’information a rencontré il y a une dizaine de jours les représentants de RSF, qui est l’une des entités qui fait l’évaluation de la Guinée sur l’accès à l’information. Donc, on s’est rendu compte que la position du Gouvernement n’était pas connue et qu’on ne répondait pas ou qu’on n’avait pas assez de dialogue avec eux pour leur donner des éléments", a lancé le ministre.   

Selon le ministre Gabriel Curtis, l’évaluation pour le MCC se fait aux mois d’octobre-Novembre. ‘’ Ceci est une mise au point qu’on fait. Tous les deux mois, je fais un rapport au gouvernement (….) La décision sort en Octobre ou Novembre. L’an dernier, j’avais fait une annonce pour dire que la Guinée a encore gagné des points.  Il faudra attendre la fin de l’année pour une évaluation’’ a précisé le ministre guinéen en charge des investissements et des Partenariats Publics-Privés.

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13  

Créé le Vendredi 16 avril 2021 à 16:48