Mamadou Sylla décroche encore des flèches contre Alpha : "La période de grâce est terminée…"

Guinée
Elhadj Mamadou Sylla, chef de file de l'opposition
Elhadj Mamadou Sylla, chef de file de l'opposition

CONAKRY-La colère d'Elhadj Mamadou Sylla contre le président Alpha Condé ne s'estompe pas. Moins d'une semaine après sa sortie musclée contre le régime, le Chef de file de l'opposition est revenu encore à la charge, décrochant de nouvelles flèches tout azimut contre le locataire du palais Sékhoutouréyah.  Ce mardi 13 avril, l'ancien président du Patronat guinéen, a aussi réglé ses comptes avec certains responsables de la mouvance Présidentielle, qu'il qualifie d'arrivistes. L'opposant maintient ses propos contre le Chef de l'Etat et avertit que la période de grâce est terminée. Extrait.

"Le Gouvernement est là depuis quatre mois. La période de grâce étant finie, on peut dénoncer tout ce qui ne va pas. C'est vrai qu'aujourd'hui, ils ont 100 députés à l'Assemblée, ils peuvent modifier la Loi comme ils veulent, c'est ce que je vois venir.  (…) Mon budget n'est pas prévu dans la loi des finances, ce n'est pas indiqué dans le projet de Loi que je dispose en tant que député. Le Président n'est pas de bonne foi, il n'y a pas que le Chef de file, toutes les autres institutions fonctionnent comme ça. Elles n'ont pas de budget, il y en a même qui n'ont pas de véhicules de fonction. Depuis un an, j'attends mon budget, il n'y a rien. Donc, les gens n'ont qu'à arrêter un peu. Ceux qui disent que je suis pressé, ce sont eux qui sont assoiffés d'argents, c'est eux qui ne connaissent pas d'argent. Moi je vis depuis plus de 40 ans dans l'argent, je suis riche, je travaille. Ceux qui bloquent mon budget sont des arrivistes qui ne connaissent rien de l'argent. J'avais déjà des milliards lorsqu'ils étaient sur le banc.

Le président est responsable de tout. L'Etat s'est endetté auprès de la Banque centrale pour près de 5000 milliards, on a dénoncé ça. C'est tout ça qui fait que rien ne va aujourd'hui.  Le Président ne travaille qu'avec les étrangers. Les hommes d'affaires qui sont là, ce sont des Libanais, des Hindous, des chinois au détriment des guinéens. Il (Alpha Condé, ndlr) appauvrit les guinéens en donnant beaucoup d'argent aux étrangers qui ramassent tout.

Aujourd'hui, il a complètement traumatisé l'administration. A chaque fois, il menace en disant : je vais couper des queues, vous êtes des tortues, je vais mettre le feu derrière… Il prend la Guinée comme sa propriété privée. L'argent qui est légalement affecté à quelqu'un, il donne en fonction des humeurs, si tu ne fais pas son affaire, il bloque. Moi je dis qu'il faut que ça change et qu'il sache que le pays est bien commun, c'est pour tout le monde. Avant même qu'il ne soit là, on connaissait la Guinée, qu'est-ce qu'elle gagne. Il continue de dire que ça ne va pas, ça ne va pas, comment ça pourra aller alors qu'il n'est plus en contact avec les bailleurs de fonds, il se tourne vers les recettes intérieures. Qu'est-ce que ces recettes-là vont faire ? C'est pour faire pleurer davantage la population guinéenne parce que c'est elle qui va payer la facture. Les impôts, les taxes douanières sont doublés. Tout est cher. Qui va payer ? C'est la population qui paie.

Lorsqu'il dit que je l'ai comparé à un chef de quartier, je le réitère : il n'a pas d'expérience, il n'a jamais géré même un quartier administrativement. C'est quelqu'un comme ça qu'on prend, on le met à la tête de l'Etat. Pire il n'a pas d'écoute. Sinon, normalement un chef de l'Etat doit bien écouter. Mais quand tu viens chez lui, c'est lui qui parle sans arrêt.  Au finish, tu oublies même ce pourquoi tu es venu le voir. Moi je l'ai tellement prodigué de conseils parce que l'Etat c'est tout le monde. Mais tu ne peux gérer à la place de tout le monde. Toutes ces menaces : "je vais saisir des biens, je vais vous enlever…" tout ça c'est du bruit, ce sont des effets d'annonces. Aujourd'hui, on a besoin du concret. On a essayé de régler les problèmes, mais il y a de crises partout : crise sociale, crise politique…Donc, moi je dis que le problème c'est lui, pas une autre personne".

A suivre…

Africaguinee.com  

Créé le Mardi 13 avril 2021 à 20:04