Déguerpissement- l'Etat exagère-t-il ? "Même une bête sauvage…"

Guinée
Casse à Dubreka
Casse à Dubreka

CONAKRY-Alors que le déguerpissement se poursuit dans le Grand Conakry, de nombreux citoyens accusent l'Etat de commettre des abus. C'est le cas à Dubreka où de nombreuses victimes dorment à la belle étoile, leurs effets exposés à la merci des voleur et des intempéries. Si la plus part des citoyens déguerpis acceptent l'opération, ils dénoncent la manière.

"Même une bête sauvage ne doit pas être traitée de la sorte à plus forte raison quand il s’agit être humain. Quand ils sont venus, ils nous ont donné un ultimatum de 72 heures et même ça ils n'ont pas respecté. La casse a commencé avant l’expiration délai", dénoncent ce commerçant débrouillard qui a vu sa boutique cassée.

Autre fait dénoncé par ces sinistrés dans le dénuement total, c'est le fait que selon eux, les agents de l'Habitat aurait outrepasser en allant au-delà de la distance qu'ils avaient annoncé au départ.

Lire aussi-Guinée: un immeuble du Président de la Cour Constitutionnelle démoli à Conakry…

"Ils nous avaient dit que c’est 15 mètres de part et d’autre de la route qu’ils allaient dégager. Mais, si on mesure la distance après les opérations, on peut trouver 60 mètres. Maintenant, s’ils ont besoin de récupérer, la logique voudrait qu’il nous donne un délai de 1 à 3 mois pour qu’on puisse vider nos boutiques. J’avoue que les gens ont enregistré beaucoup de pertes. A Dubréka ville, ils sont allés pointer la machine contre la boutique d’un citoyen pour lui dire de dégager. Pendant qu’il cherchait à faire sortir sa marchandise, certains sont venus voler et, à la fin, il s’est retrouvé sans rien», dénonce Amadou Diallo.

Créé le Vendredi 19 mars 2021 à 9:36