Témoignage d'A.N.B, agressée sexuellement par son cousin : "il a déchiré mes habits..."

Labé
ANB
ANB

LABE- Elle a longtemps hésité avant de briser le silence sur une agression sexuelle dont elle a été victime de la part d’un de ses cousins. C’est une A.N.B « traumatisée » qui a contacté Africaguinee© pour livrer son témoignage. Agée de 18 ans, elle a décidé de partager sa mésaventure pour, dit-elle, éviter à d’autres filles ce dont elle a subi. L’acte s’est passé dans une nuit pluvieuse du mois d’Aout dernier. Ce jour-là, cette fille a vécu le pire cauchemar de sa vie. Depuis, elle a peur de voir un homme auprès d’elle, toujours hantée par l'ombre de son frère cousin agresseur.

« Ce qui est en train de se passer dans notre société est vraiment déplorable. Pour mon cas particulier, c’est mon cousin qui a eu cette intention ignoble contre moi. Je n’avais dit à personne jusque-là. Mais j'ai décidé de briser le silence pour sauver d’autres filles. Parce que d'après le constat, les cas de viols se font toujours à l’intérieur des familles. C’est toujours des proches, des cousins, des oncles ou des amis à la famille que se livrent à ces pratiques graves.

Mon cas remonte au mois d’Aout dernier. Mon grand-frère (cousin), comme toujours, m’a demandé des services que je fais pour lui : laver sa maison, ses habits. Je le fais toujours pour lui comme tout ce qu’une sœur peut faire pour son frère. Une soirée du mois d’aout, il était dans sa chambre. Il n’habitait pas dans la grande famille, mais dans une maison voisine. C’était aux environs de 20 heures. Il m’a appelé en me disant qu’il est malade et couché à la maison. Il m’a demandé de lui apporter du jus. J’ai pris le jus en famille pour aller le lui donner.

A mon arrivée, il était couché dans son lit, j’ai déposé le jus à côté, il m’a demandé de lui appliquer une pommade sur lui, le masser en quelque sorte. Là, je me suis rendu compte finalement qu'il n’était pas souffrant, il voulait juste profiter d’une situation pour me violer.

Dès que j’ai commencé à lui mettre la pommade, il a profité pour me renverser de force dans son lit, il m’a frappé fort au visage. Il a continué à me frapper. J’ai crié fort au secours dans le but d’être sauvée. Un autre frère qui a sa chambre à côté est vite venu trouver le gars sur moi.

Il était bien habillé à mon arrivée. C’est quand il m’a giflé et que je suis tombée par terre qu’il s’est déshabillé pour tomber sur moi. Il a déchiré mes habits, me laissant nue. Dans le mouvement, il a éjaculé sur moi. Je me suis vraiment débattue de toutes mes forces pour qu’il ne mm'atteigne pas. C'était difficile, mais j’ai réussi heureusement pour moi, à l'écarter de moi.

C’est dans cette situation, entendant les cris, que le frère aîné est venu comme je vous l’ai dit. J’avais tellement honte. Finalement, j’ai ramassé un de ses pantalons que j'ai porté pour rentrer dans la grande famille. Il était surpris de voir son jeune-frère sur moi. Il lui dit de me laisser et que je suis sa jeune-sœur. Pourquoi violer sa sœur ? Mais, les choses se sont passées si vite qu’il a déchiré tous mes habits. Ce jour, il ressemblait à un homme qui ne jouissait pas de ses facultés.

Lire aussi-Nzérékoré : A.G, 12 ans, violée à tour de rôle par trois gaillards drogués…

Il s’est levé sur moi avec la pression du frère aîné qui m’a fait sortir de la chambre. Il m'a demandé qu’est-ce que j’étais venue faire là-bas. Je lui ai dit que j’étais venue pour accomplir une commission de son jeune-frère.

Avec la force et le poids qu’il a exercé sur moi, j’étais traumatisée. C’est vrai qu’il n’a pas réussi à me toucher, c’est une tentative de viol, mais l’intention était grave.  Le lendemain, je suis allée à l’hôpital, un médecin m’a consulté et m’a prescrit des produits que j’ai pris.

Le gars en question, c’est un cousin. C’est le fils à mon oncle paternel. Donc, c’est mon frère. Mais, il m’a surpris avec son attitude malsaine. Jusque-là, je ne l’avais dit à personne sauf à son frère ainé qui était venu intervenir. Depuis ce jour, je suis hantée par la peur surtout quand je pense à ce qu’il m’a fait. Aujourd’hui, j’ai peur même qu’un homme s’approche de moi, je vois directement l’ombre de l’autre.

J’ai décidé aujourd’hui de venir vers vous, exposer ma mésaventure. C’est une façon de dire aux autres filles de faire très attention aux frères et aux cousins qui demanderont de venir les aider à la maison. Ne pas faire confiance à un homme parce que vous êtes proches, ils peuvent se transformer à tout moment contre vous.

Lire aussi-Labé : A la rencontre de Aissatou Bah, l’unique fille conductrice de mototaxi

Ce qui fait mal c’est de continuer à voir ton agresseur sexuel dans le quartier ou dans la famille. Pour mon cas, il est toujours dans la famille, on se voit, mais nous ne nous parlons pas du tout. Je n’avais pas expliqué à mes parents et je n’ai pas fait une plainte pour éviter certains problèmes en famille. Mais, je pense que c’était une erreur. Donc, je dois le faire maintenant après une longue réflexion.

J’en parlerai particulièrement à ma mère de ce qui s’est passé et comment mon frère a voulu me violer à son absence (pleurs NDLR). Aujourd’hui je vis un traumatisme qui ne dit pas son nom. Actuellement, j’ai presque mes 18 ans, mais je vous dis, j’ai peur qu’un homme s’approche de moi. J’ai vraiment peur des hommes même si vous venez avec une bonne intention envers moi, j’ai peur. L’image de l’autre me revient ».

 

Témoignages recueillis par

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 664 93 45 45

Créé le Jeudi 11 mars 2021 à 13:29

TAGS