Labé : A la rencontre de Aissatou Bah, l’unique fille conductrice de mototaxi

Labé
Hadja Aissatou Bah
Hadja Aissatou Bah

LABE- A Labé, Hadja Aissatou Bah, a décidé de briser le plafond de verre, en embrassant un métier, jusque-là exercé par des hommes dans la cité Karamoko Alpha. Elle a impressionné plus d’un dès ses premiers pas dans la conduite de sa mototaxi. En la voyant avec sa tunique à bord de sa moto, certains éclatent de rire, d'autres par contre admirent son courage.

Depuis quelques jours, cette fille de 23 ans fait parler d’elle à Labé. Elle a été officiellement accueillie et mis dans la circulation ce 8 Mars 2021 par le syndicat. Au début, sa famille était réticente, mais Hadja Aïssatou a été tenace. Elle a abandonné son ancien job et a décidé de vivre des revenus de sa mototaxi qu’elle conduira elle-même. Africaguinee.com l'a rencontré.

« Je suis venue dans cette corporation par amour, je sais bien qu’il n’y a pas de femmes dedans, mais je le fais par amour. Considérez-moi comme conductrice de moto taxi comme les autres. Depuis longtemps je savais conduire, mais je suis allée parfaire ma conduite dans un centre de formation jusqu’ à ce que j’aie obtenu mon permis de conduire. Quand j’ai expliqué à ma famille mon souhait, mon père m’a dit que ce n’est pas une bonne chose surtout l’insécurité règne dans le secteur. Il m'a fait observer que même les hommes sont souvent agressés. Je lui ai dit que c’est Dieu qui protège. C’est comme ça que j’ai obtenu son aval. Je suis allée au syndicat pour me faire inscrire, ils étaient tous impressionnés et contents. J’étais partie même avec ma mère. C’est comme ça qu’on m’a envoyé au test où j’ai réussi.

Lire-Fanta, teinturière : "le Gouvernement doit imposer le textile guinéen comme tenue scolaire"

 J’ai reçu tous les documents pour exercer le métier. Je n’ai pas honte d’exercer ce métier. C’est plutôt une fierté pour moi. Avant je travaillais comme agent à orange Guinée, mais je préfère être autonome. Je me battrais comme tous les hommes. Peut-être qu'il y a des femmes qui veulent faire ce métier sans avoir le courage de commencer, je souhaite qu’elles aient la force et le courage de venir me rejoindre comme les femmes dans tous les autres métiers. Je n’ai pas de limites, je vais transporter tout le monde je ne ferai pas de distinctions. Déjà certains sabotent, mais d’autres encouragent. Ça suffit à mon bonheur », témoigne Hadja Aissatou Bah.

Oumou Baldé fait partie des premiers clients de la jeune fille qui a opté pour ce travail, souvent réservé aux hommes.  « Je suis vraiment impressionnée depuis que j’ai aperçu cette fille dans la circulation avec son gilet (tenue de taxi-moto NDLR). Je suis vraiment marquée par cet acte courageux de cette fille. Je l’encourage à faire le travail qu’elle aime, c’est dans ça qu’on peut réussir. Je sais que certains font le métier taximoto contre leur gré, mais voir une fille s’engager dans cette corporation sans gêne, c’est inédit à Labé», s’exclame Oumou Baldé

Maitre Mamadou Dian Sow, détient une école de formation auto moto. C’est par là que Hadja Aissatou Bah est passée pour apprendre le code de la route et les panneaux de signalisation avant de s’inscrire au bureau de Moto taxi de Labé.

« C’est une fille qui ira loin dans la vie, elle était venue chez moi ici pour apprendre tout. Nous pensions qu’elle voulait juste conduire sa moto personnelle. Mais la particularité, elle a cherché à maitriser les panneaux, parce que les autres apprennent juste à conduire, le reste les intéresse peu, mais celle-là elle est allée au fond. Ce matin lorsque je l’ai vu ici avec des conducteurs de moto taxi, elle s'est présentée à moi, je ne l’avais pas reconnu, elle m’a informé qu’elle a intégré la corporation de moto taxi. Les responsables des taxis motos lui ont fait faire le test, parmi tous mes élèves, elle est arrivée en tête à la théorie comme à la pratique.  Je peux dire qu’elle est la première femme professionnelle à faire moto taxi à Labé, c’est ce 8 mars 2021 », explique ce formateur, ravis de voir son ancien élève sur la voie de la réussite.

Aujourd’hui il est fréquent de voir des femmes exercer des métiers réservés aux hommes. Avant elle, Nenan Hassatou Dara Diallo a fait près de 20 ans dans le transport urbain. Elle a traversé tout le pays avec son Renault 21.

 

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 664 93 45 45

Créé le Lundi 08 mars 2021 à 20:43

TAGS