Les révélations de Bény Steinmetz : "Dadis, Konaté, Alpha, Soros et moi…"

Guinée
Alpha Condé, Soros et Bény, photomontage Africaguinee.com
Alpha Condé, Soros et Bény, photomontage Africaguinee.com

GENEVE-Le milliardaire franco-israélien, condamné en janvier dernier à cinq ans de prison pour corruption et au versement de 50 millions de francs suisses, est revenu sur son passé sulfureux en Guinée.

Sur Jeune Afrique où il s'est exprimé, Beny Steinmetz  a expliqué les péripéties l'ayant conduit dans le Simandou, gigantesque réserve riche en minerai de fer, jamais exploitée dans le monde, située dans le sud de la Guinée.

"J'aime les défis. Au fond, je suis peut-être un peu fou", dit-il.  Bény Steinemetz revient sur sa rencontre en 2008 avec Lansana Conté, malade, qui selon lui, était "mécontent des grosses compagnies qui ne faisaient rien". Le président Conté a annulé quelques mois plus tard les permis de Rio Tinto sur les blocs 1 et 1 de Simandou, qu'il attribua ensuite à BSGR.

Lire aussi-Simandou: Beny Steinmetz condamné à 5 ans de prison...

Accusé d'avoir signé un pacte de corruption à grande échelle avec l'ancienne épouse de feu Lansana CONTE, pour faire main basse sur Simandou 1 et 2, Steinemetz nie tout, affirmant que Mamadie Touré, qui a pourtant reconnu avoir reçu entre 2005 et 2012, environs 10 millions de dollars de pot de vin, a menti.

"Touré a menti. Si elle était venue au procès à Genève, chacun s'en serait rendu compte. Notre tragédie, c'est notre succès. Ce que BSGR voulait faire en Guinée était trop ambitieux", explique celui qu'on surnomme le Tycoon.

Dadis Camara ? Il voulait le bien de son pays. A l'inverse de Sékouba Konaté, il manquait d'expérience…

Juin 2010, Steinmetz rencontre pour la première fois Moussa Dadis Camara, puis Sékouba Konaté, successeurs de Lansana Conté, précise JA. Il explique qu'il faut exporter le fer par le Libéria et non par la Guinée et propose en contrepartie de construire une ligne ferroviaire reliant Conakry à Kankan. L'infrastructure allait être destinée au transport de voyageurs. "Cela aurait coûté environ 1 milliards de dollars", dit-il.

Il se souvient d'un rendez-vous avec Dadis Camara vers 3h ou 4h du matin.  "Je crois qu'il (Dadis Camara) voulait le bien de son pays. Etait-il un bon président ? Il n'avait sans doute pas les connaissances et l'expérience contrairement à Konaté qui était plus âgé. Notre projet aurait été profitable à la Guinée. Dix ans plus tard, pas un gramme de fer n'est sorti du pays et pas un kilomètre de rail n'a été construit. Si nous avions continué avec Valé, nous aurions déjà exporté 80 millions et triplé le PIB. Mais Georges Soros a tout stoppé", raconte-t-il.

Beny Steinmetz se réjouit d'avoir fait la paix avec Alpha Condé, avec l'aide d'Ahmed Bakayoko, actuel Premier ministre de la Côte d'Ivoire et de Nicolas Sarkozy. Il estime que le dirigeant guinéen a fait erreur en écoutant Georges Soros, qu'il accuse d'être responsable de tout son malheur.

"Je crois que Alpha Condé avait fait une erreur en écoutant Soros et que ceux qui ont perdu le plus dans cette affaire, ce sont les guinéens. Il fallait faire la paix. Même si BSGR avait fini par gagner sur le papier, qu'est-ce que cela aurait changé ? On n'aurait pas pu travailler là-bas sans l'aval du Gouvernement", temporise M. Beny Steinmetz.

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 01 mars 2021 à 3:58