Naufrage en Libye : Plusieurs jeunes de Mamou sont portés disparus…

Guinée
Image d'illustration
Image d'illustration

CONAKRY-Dans la préfecture de Mamou, en moyenne Guinée, de nombreuses familles sont dans l’incertitude depuis quelques jours. Plusieurs jeunes originaires de la ville carrefour, feraient partie des portés disparus, lors du dernier naufrage survenu aux larges des côtes Libyennes. Ces familles sont sans nouvelles de leurs proches, lancés dans l’aventure pour rejoindre les côtes européennes, via la méditerranée.

Dans la commune urbaine, plusieurs familles sont entre deuils et inquiétudes. C'est le cas de la famille d’Amadou Djogo Bah, citoyen du quartier Thièougol que nous avons rencontré. « Ibrahima Bah, âgé d'une trentaine d'années, a quitté la Guinée alors qu’il avait un contrat de travail avec son maître. Ils ont été déplacés pour la ville de Kouroussa. C'est un peintre. Après le travail, il a gagné un peu d’argent. Sans nous informer, sans informer son maître, il est parti en Algérie. C'est de là-bas qu'il nous a appelé et ça aussi c'est parce qu'il a été bloqué. Il a demandé 2 millions GNF. On lui a dit qu'on n’a pas d'argent à lui envoyer. J'ai empêché la famille de lui envoyer de sous. Je lui ai dit de retourner et de continuer ses cours et son métier. Il s'est démerdé et il a eu un peu d'argent. Donc, c'est ce qu'il a utilisé pour passer. Il a un cousin là-bas. C'est lui qui nous a appelé pour nous dire que mon jeune frère est parti. C’est ce dernier qui nous a dit que le jeune est mort. On a été appelé aussi par un de nos oncles qui communiquait très bien avec lui (…) Sa mère est décédée. C'est ma mère qui a élevé le petit. Elle est profondément touchée comme ça. Il était avec six autres guinéens », a confié ce proche de la victime.

À Hoore Fello, c'est la consternation dans la famille de Thierno Hamidou, communément appelé Teacher. Cette famille a été informée de la mort d'un d’un de ses fils suite à un naufrage survenu aux larges des côtes Libyennes.

« Il est parti en 2016, alors qu'il faisait la 12ème année. Il est parti au Mali, où il a été intercepté puis retourné ici. Ensuite, il est reparti. Son frère qui est en Allemagne voulait le financer. Il a essayé pendant 3 ans. Parce que lui aussi, c'est comme ça qu'il est parti. Il voulait aller à travers la mer, mais on s’est opposé. On l'a aidé à partir par la voie terrestre. Lui aussi, c'est ce qu'on voulait. Mais il a voulu traverser par la mer et voilà il est porté disparu. C'est ce qu'on a entendu (…). On ne sait pas s'ils sont morts ou pas. On a juste été informés qu'ils ont péris dans les eaux. Un certain Baaben Sierra Leone nous a contactés (…) Il est le quatrième fils de ma mère, il s'appelle Mamadou Aliou Diallo. C'est difficile pour nous de surmonter cette épreuve mais, étant croyant on donne à Dieu », a témoigné ce professeur d'anglais.

Il faut souligner que dans la préfecture de Mamou, plusieurs autres familles qui n'ont pas voulu s'exprimer sur le sujet, ont des proches qui sont portés disparus. D'ailleurs, toujours à Thièougol, une femme mariée qui voulait rejoindre son mari en Europe, ferait partie des portés disparus. Son voyage aurait même été financé, selon les témoignages, par son propre mari.

 

Habib Samake

Correspondant régional d'Africaguinee.com à Mamou

Créé le Mardi 02 Février 2021 à 17:20