Guinée-Les grévistes maintiennent la pression : Que fera Alpha Condé ?

Guinée
Alpha Condé, président de la République
Alpha Condé, président de la République

CONAKRY- Le syndicat autonome de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Senaesurs) maintient la pression sur le gouvernement.

Malgré les garanties données par le ministre de l’Enseignement Supérieur, les grévistes ne comptent pas reculer, alors que les cours sont suspendus depuis le 22 janvier 2021 dans toutes les universités publiques du pays. Ils menacent de durcir le mot d’ordre de grève, à partir de demain mardi, si le gouvernement ne satisfait pas leurs revendications.

« Nous avons 4 points de revendication, entre autres : le déblocage des dossiers de formation des formateurs, la paie de la subvention à laquelle sont liées les primes des heures de vacation, les heures supplémentaires et les salaires de contractuels, l’ouverture d’un couloir de négociation autour du protocole d’accord qui a été signé le 14 mai 2019 entre le gouvernement et le syndicat et la paie intégrale des primes d’incitation », a confié à Africaguinee.com, le porte-parole des grévistes.  

Dans un entretien accordé à Africaguinee.com, le ministre Aboubacar Oumar Bangoura a rassuré les grévistes, indiquant qu’entre ce lundi et demain mardi 26 janvier 21, tout sera réglé.

« Je voudrais leur dire que le gouvernement n’a aucun intérêt à bloquer l’argent des enseignants ou des étudiants. Qu’ils comprennent que le ministère est prêt à résoudre leur problème. Il suffit qu’on se concerte tous pour qu’on puisse atteindre nos objectifs à savoir : l’amélioration des conditions d’études et de recherches », a-t-il assuré. Niet, rétorquent les grévistes restent intraitables et exigent des actes concrets. Sans quoi, la grève ne sera pas levée.

« Si le ministre a une garantie à proposer, il doit inviter le syndicat. Faire une déclaration à la presse c’est pour tout le monde. Ce n’est pas la presse qui a déclenché la grève c’est le syndicat. Seul le syndicat est appelé à suspendre ou à durcir la grève. Toute déclaration en dehors de la concertation avec le syndicat n’a pas de sens. La grève reste toujours maintenue.

Lire aussi-Grève dans les universités : Des étudiants entre craintes et amertumes...

Si le ministre a une garantie c’est d’inviter le syndicat pour le rassurer. Mais faire une déclaration à la presse ça mène où ? le ministre est censé appeler le syndicat autour de la table pour discuter. Si cela n’est pas fait, le syndicat ne peut être rassuré par une simple déclaration. Si nous ne sommes pas satisfaits, la grève sera reconduite. A partir de demain, on définira un autre programme », a martelé M. Lansana Yansané, qui se félicite du suivi du mot d’ordre.

« Vous pouvez faire un tour dans les universités, les cours sont paralysés partout », s’est-il réjoui.

Alors que la crise risque de s’enliser, l’action du président Alpha Condé qui avait débloqué la situation lorsque les étudiants ont protesté contre les frais d’inscription, est attendue.  

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 669 91 93 06

Créé le Lundi 25 janvier 2021 à 17:27