Laye Condé "Anaconda" enceinte sa cousine âgée de 12 ans et demande... "pardon"

Nzérékoré
Laye Condé et deux autres présumés violeurs
Laye Condé et deux autres présumés violeurs

NZEREKORE-Les cas de viols se multiplient dans la ville de Nzérékoré, la plus grande agglomération en Guinée forestière. Ce mercredi 20 janvier 2021, les services de police ont présenté trois présumés violeurs.

Parmi les trois présumés violeurs, figure Laye Condé, la trentaine avancée qui a enceinté sa cousine âgée de 12 ans et élève de la 5ème année. L’acte s’est produit au quartier Tilépoulou dans la commune urbaine de Nzérékoré. Selon nos informations, le présumé violeur est domicilié dans l’un des bâtiments des parents de sa victime. Le capitaine Miche Kolié, chef de brigade de l'Office de Protection des Genres et Mœurs explique les circonstances du viol.

« Le nommé Laye Condé alias Anaconda, est logé dans la concession des parents de sa victime. Selon les explications, la petite fille venait de l’école quand Laye intercepté pour l'envoyer acheter de la cigarette pour lui. Au retour de cette dernière, il l'amené dans la chambre, l'a trimbalé à terre, attaché sa bouche avec un mouchoir et abusé d’elle. Prise de peur, elle n’a pas informé ses parents. Pour le deuxième cas de viol, la fille venait de l’école. Elle est allée à l’atelier de sa maman. Lorsqu'elle a eu envie d’aller aux toilettes, elle s’est rendue à la maison. Elle a trouvé Anaconda en train de laver sa moto. Une fois dans la douche, le monsieur l'a rejoint et a abusé d’elle une fois de plus », explique-t-il.

Lire aussi-Habibata meurt après le viol de sa fille par un marabout: triste témoignage du veuf Kenda Baldé…

La victime qui est élève de la 5ème année est en état de famille de 4 mois, nous apprend-on. Selon les parents, c’est quand la fille est tombée malade qu’ils se sont rendus compte qu’elle était en état de famille, après plusieurs jours de soins.

Interrogé, le présumé violeur qui a reconnu les faits a juste demandé pardon et tolérance. « Je reconnais les faits, je demande pardon et tolérance », a lancé Laye Condé.

Deux autres présumés violeurs ont aussi été présentés par la police. Cheick Leno menuisier et Adam Kourouma conducteur de taxi-moto, sont accusés d’avoir enfermé et violé une fille de 14 ans venue de Kouroussa pour rester chez sa cousine.

« La fille était venue du village pour rester auprès des enfants de sa cousine. Arrivé, le papa adoptif de sa cousine est décédé. Celle-là est partie au village. La fille est restée avec les enfants de sa cousine. Ne connaissant pas la ville, dans la journée du 18 novembre, elle partait au marché pour acheter les condiments. En mi-chemin, elle a rencontré Cheick Leno qui faisait des travaux de construction au niveau d’un  étage. Il a appelé la fille. Celle-là est partie par ignorance. De 12h, jusqu’à 19h, la fille est resté avec lui. Il a pris la fille qu’il a envoyée chez lui à Boma. La fille dit qu’elle est restée enfermer jusqu’au 04 janvier jour où elle a pu s’échapper. Quand elle s’est échappée, elle est tombée dans la main d’Amara Kourouma, conducteur de taxi-moto. Elle a demandé à ce dernier de l’aider à retrouver chez elle, qu’elle ne connaissait pas la ville. Mais elle a indiqué qu’elle était logée à Tilépoulou. Ce dernier aussi a récupéré la fille. Il est allé l'enfermer chez lui durant 9 jours pendant lesquels il abusait d’elle. Un jour, la tante du jeune Amara était de passage à la fenêtre et a soupçonné. Elle a demandé s'il y avait quelqu'un la fille a répondu et elle est allée ouvrir la porte, la fille a pris la fuite », confie l’officier de police.

 Si le premier reconnait les faits à lui reproché, les deux autres nient en bloc les charges contre eux. Accusé d’avoir violé une même fille en différents temps, Cheick Leno et Amara Kourouma, disent plutôt que c’est la fille qui les a forcés à faire l’amour.

« La fille a menti d’une part. Je l’ai dragué elle a accepté. C’était ma copine. Si elle dit que je l’ai enfermé c’est faux. Elle était chez moi libre et partait où elle veut », réplique Cheick Leno.

« Quand je lui ai pris à moto, je lui ai dit que je partais directement chez moi. Arrivé là-bas, j’ai changé d’habit. Quand j’ai finis, nous sommes partis. Arrivé sur le goudron, elle m’a dit de la laisser là-bas. Deux jours après, elle est venu chez moi la nuit elle a tapé à la porte. C’est elle-même qui m’a forcé, sinon je ne voulais pas », confie Adama Kourouma.

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél. :  (00224) 628 80 17 43

Créé le Jeudi 21 janvier 2021 à 9:41