Des bandits armés par des gendarmes? Les graves révélations du commissaire Fabou

Insécurité à Conakry
Le Directeur centrale de la police judiciaire (DCPJ),  commissaire Aboubacar Fabou Camara
Le Directeur centrale de la police judiciaire (DCPJ), commissaire Aboubacar Fabou Camara

CONAKRY-Alors que la criminalité a atteint un pic sans précédent dans le Grand Conakry ces derniers mois, le Directeur central de la police judiciaire (DCPJ) vient de faire de graves révélations. Le commissaire Aboubacar Fabou Camara vient de révéler que des criminels qu'ils ont arrêtés ont avoué être armés par des gendarmes et autres éléments des services de sécurité.

En Guinée, nul besoin de rappeler que la criminalité est comme une ‘’épine’’ dans la plante des pieds des services de sécurité ! Un groupe de malfrats qui sème la terreur dans la zone du Grand Conakry vient d’être mis aux arrêts par les services de sécurité. Grâce à la "vigilance" des populations de Kagbelen Plateau, ces individus, selon le Directeur central de la police judiciaire (DCPJ) ont été interpellés pour plusieurs crimes à leurs actifs dont des assassinats ciblés et des vols d’engins roulants. Selon le haut responsable de la police, ces malfrats qui s’étaient fait remarquer dans le cadre du vol de motos ont fait des victimes dont un militaire de la garde présidentielle.

Suite à leur interpellation, ces éléments ont "avoué" des cas de crime qui ont été commis courant décembre 2020.

’Nos services ont été saisis par ces citoyens. En fait, il s’agit de deux groupes de bandits. Le premier, constitué des éléments dont la moyenne d’âge varie entre 26 et 29 ans. Ils opèrent régulièrement dans les zones de Dubréka et de Coyah, notamment dans les banlieues de ces deux préfectures. Le triangle Dubréka, Coyah, Conakry est leur zone d’action’’, a expliqué le commissaire Fabou.

Lire aussi-Coyah : un fonctionnaire assassiné à son domicile par des inconnus…

’Entre autres de ces crimes commis, nous avons : l’assassinat du jeune étudiant Ibrahima Sory en septembre 2020 par ce groupe de bandits qui était un règlement de compte, dans la nuit du 26 au 27 décembre, dans la zone de Bentouraya, un guinéen en provenance des Etats-Unis, a été froidement assassiné à son domicile en présence de sa famille par ce groupe qui a reconnu les faits et expliqué leur mode opératoire. Dans la zone de Coyah, précisément à Manéah, ils se sont aussi attaqués à une dame en provenance de la Sierra-Leone qu’ils ont poignardé et dépossédé de tous ses biens. C’est de leur déclaration que ces faits sont avérés. Un autre jeune du nom de Mohamed Kanté a été aussi froidement assassiné à Coyah par ce même groupe cité plus haut’’, a expliqué le directeur central de la Police judiciaire.

Pour Fabou Camara, il faut savoir que ces individus opèrent à l’aide d’armes de type PMAK, de pistolets de fabrication artisanale de calibre 12 mais aussi avec des poignards de différents types. Dans ses confidences, le commissaire a aussi révélé qu’un second groupe de bandits opèrent dans la même zone, mais qui se transporterait de temps à autres dans les environs de Fria, de Tanéné mais aussi de Koba Dixinn.

 

‘’ Cet autre groupe est aussi composé de trois personnes dont Bob Dinar, Rasta activement recherchés, Aboubacar Sylla dit Bouzo, interpelé. La particularité de ce second groupe est que, dénoncé par le premier, il est accusé de l’assassinat de M. Justin Loua qui a été froidement abattu à son domicile dans la nuit du 24 au 25 décembre 2020 dans le secteur de Koba, sous-préfecture de Manéah, relevant de Coyah (…). Ils ont avoué qu’ils seraient approvisionnés en armes et en munitions par certaines personnes qui relèveraient de la gendarmerie mais aussi des services de sécurité sans autres précisions. Il s’agit des nommés Vandame, Abdoulaye Bangoura, qui habiteraient dans le secteur Kakimbo entre Kipé et Jean-Paul II. Ces éléments d’informations recueillis sont exploités et sont activement recherchés par nos services’’ a-t-il confié.

 

Dans la conclusion du DCPJ, ce qui est à remarquer, c’est la recrudescence des cas de crimes dans la haute banlieue appelée Grand-Conakry et du triangle formé par le secteur, Kagbelen, Bentouraya et Sanoyah. Pour la simple raison, selon lui, que les opérations menées dans la ville de Conakry, dans les zones de Wanidara, Cimenterie, de Bailobaya et environs en revenant jusqu’à Sonfonia, ont dû pousser un repli de ces différents groupes de bandits.

’Nous avons alors activé la recherche de tous ceux qui sont liés à ces cas d’assassinats. Le cas le plus révélateur d’ailleurs et la promptitude quant à l’interpellation du nommé Bouzo qui a participé à l’assassinat de Mr Loua à Manéah’’ nous a confié Fabou Camara.

A ce jour, selon ce directeur, plusieurs armes ont été saisies sur ce groupe. Il s’agit d’armes de guerre de type PMAK, de TT30 et des munitions.

‘’ Nous comptons sur la participation des citoyens afin que des informations soient fournies sur ces différents bandits qui à tout temps changent de lieu mais aussi de mode opératoire. Il s’agit de motards qui se déplacent plus aisément et qui commettent des cas de crimes fortuits. Pour exemple, l’assassinat de notre collègue dans le secteur de Wanidara dont des éléments sur Moto, armés de fusils d’assauts ont tiré sur le groupe de policiers. Ces éléments opèrent de la même manière que ceux qui opèrent dans les zones de Coyah, Dubréka et Conakry’’, a indiqué le directeur central de la police judiciaire.

A suivre...

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Mercredi 13 janvier 2021 à 11:01

TAGS