Saloum Cissé répond à Sidya et prévient l'Ufdg: “On ne fait pas la politique avec les armes…”

Guinée
Saloum Cissé
Saloum Cissé

CONAKRY- Le Secrétaire général du RPG Arc-en-ciel vient de répondre au parti dirigé par Cellou Dalein Diallo. Dans un entretien qu'il nous a accordé, Saloum Cissé a souligné la nécessité d’un dialogue politique pour apaiser le pays et répond brièvement à Sidya Touré. Faisant allusion à l'UFDG qui dénonce la détention de ses responsables, Saloum Cissé soutient qu’on ne fait pas “la politique avec les armes”. M. Cissé parle également de la mise en place du nouveau Gouvernement. 

 

AFRICAGUINEE.COM : De nombreux acteurs politiques au sein de l'opposition ont affirmé être disponibles à dialoguer avec le Président Alpha Condé. Qu'en pensez-vous ?

SALOUM CISSE : Dans l’intérêt général de tous les Guinéens, ce qu’il faut prendre en considération c’est la main tendue du président de la République. Déjà, c’est un signe très fort et chaque parti politique doit quand même chercher à profiter pour que cette union sacrée des Guineens soit une réalité profonde. Parce qu’on ne peut rien construire dans la désunion, surtout une Nation. Je pense que chaque leader de parti politique doit pouvoir prendre la balle au rebond pour que ce pays soit tiré de l’ornière. Tirer le pays de l’ornière, ce n’est pas seulement l’affaire du parti au pouvoir. Cela doit être la préoccupation de l’ensemble des Guinéens. C’est pourquoi, nous saluons la main tendue du Président pour que nous puissions avoir un lendemain serein et que cela puisse être profitable à tous les Guinéens.

Sidya Touré plaide pour un dialogue pouvant déboucher sur une participation de toutes les forces politiques à la gouvernance du pays. Qu’en dites-vous?

Concernant la gouvernance, cela est discrétionnaire au Président de la République. C’est le président qui peut faire un jugement de valeur à ce niveau et c’est lui qui doit mesurer jusqu’où il doit aller. Donc, on ne peut pas jauger ces choses à sa place. Ce que je demande, que tout le monde puisse mettre de l’eau dans son vin pour que ce pays soit dans la tranquillité. Parce que le développement ne peut pas se faire dans la rue. Quand on parle de politique, ce n’est pas l’action libérale qui peut quand même tirer le pays de l’ornière, c’est l’entente. La solution ne se trouve pas dans la rue, mais autour de la table.

A entendre le leader de l'UFR c'est comme s'il faisait allusion à une élection permettant aux autres partis politiques de faire leur entrée à l’Assemblée nationale. Seriez-vous favorable ?

Ce qui est d’abord important, c’est de lancer la base de l’entente pour qu’un consensus national soit acquis. C’est ma préoccupation.

L'UFDG rejette cette main tendue. Qu'en pensez-vous ?

Pour ce qui concerne l'UFDG, pour moi, un parti ne fait pas la politique avec les armes, mais à travers les arguments, en respectant les lois de la République et en cherchant à convaincre les Guinéens. Ceux qui sont arrêtés ne le sont pas dans le vide. Pour le moment ils sont accusés, on va laisser la justice faire son travail. Ceux qui sont innocents vont sortir. Ceux qui sont coupables vont rester. Je n’ai pas de jugement de valeur à ce niveau. S’ils ont été arrêtés, ce qu’il y a une cause profonde sur laquelle seule la justice peut se déterminer.

Voulez-vous dire que l'UFDG fait la politique avec les armes ?

Tout le monde a vu combien d’armes ont été saisies, comment le train a été attaqué. Le train n’a pas été attaqué avec des coupecoupes, mais avec des armes. Ceux qui sont morts, le sont par coups de fusils. Pour moi, il faut laisser la justice faire son travail. Ceux qui sont innocents seront libérés et ceux qui sont coupables devront nécessairement répondre.

Selon vous comment devrait être l’ossature du nouveau Gouvernement ?

Je n’ai pas de jugement de valeur à ce niveau. Les nominations relèvent de la seule discrétion du chef de l’État. Si on a des observations à faire c’est quand on nous dévoilera la nomenclature du gouvernement. Pour le moment, je ne peux rien dire dans ce sens.

Peut-on savoir à quel moment cela pourrait intervenir ?

Comme le Premier ministre a démissionné avec les membres de son gouvernement, c’est sûr que ça ne va plus prendre du temps, mais je ne peux pas dire c’est quel jour.

A suivre…

 

Abdoul Malik Diallo

Pour Africaguinee.com

 
Créé le Mercredi 06 janvier 2021 à 11:04