Conakry : les ordures refont surface dans les rues de la capitale...

Reportage
Des ordures qui jonchent le long de la route le prince
Des ordures qui jonchent le long de la route le prince

CONAKRY-Les ordures envahissent à nouveau les rues de Conakry ! Faute de ramassage régulier, les bacs à ordures qui jalonnent les différents axes routiers de la capitale sont débordés. Des tas d'immondices sont visibles çà et là, un peu partout le long des différents axes routiers de Conakry. Une situation qui s’expliquerait par un mécontentement des travailleurs. Reportage.

Il suffit de parcourir les autoroutes "Leprince" et "Fidel Castro" pour s’en rendre compte. Des bacs à ordures remplis et même débordées par endroit, c’est le constat que dégage la ville de Conakry en cette fin d’année. Selon certains citoyens, cela fait une semaine que les camions de ramassage d’ordure ne viennent pas vider les bacs à ordures.

«Depuis une semaine, les camions de ramassage d’ordure ne viennent pas. Les bacs sont remplis, mais les citoyens continuent déposer les ordures à côté. On commence à revoir des immondices partout avec une odeur pestilentielle qui se dégage. Quand le vent souffle, les ordures s’éparpillent et viennent salir notre lieu de travail. C’est vraiment dommage, il est temps que nos responsables trouvent solution à cette réalité » déclare Yamoussa Cissé, gardien d’un super marché au bord de la route Le Prince.

Pour Abdoulaye Barry, étudiant au l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, c’est « inconcevable » de voir les immondices le long de la route. «Je trouve ça ignoble parce que nous qui habitons tout près d’ici ça nous dérange. Il faut que les responsables trouvent, au moins, une stratégie pour éviter que ces ordures ne s’accumulent jusqu’à un certain niveau. Mais, il faut sensibiliser les citoyens aussi pour ne pas que chacun déverse ses ordures n’importe où et comment », s'insurge cet étudiant.

Selon un travailleur d’Albayrak, la société en charge de ramassage des ordures à Conakry, cette situation est due à un mécontentement profond et général au sein de la société.

«Nous sommes des employés d’Albayrak, mais nous travaillons avec eux seulement parce qu’on aime notre pays et on ne veut pas faire l’émigration clandestine.  On travaille avec ces gens mais on n’a pas la paix du cœur. On nous paie 1 million Gnf. Pour les récupérer, on nous dit de se rendre à la banque sinon, ils ne vont pas nous payer. Le salaire est petit, on ne nous donne pas de lait, pas des nouvelles tenues, pas de gants et ni de bottes. Même si on nous donne des gants c’est juste pour 2 semaines, après ils deviennent inutilisables. Nous envisageons même d’aller en une grève générale à partir du 5 janvier prochain », a averti un travailleur d’Albayrak sous couvert anonymat.   

Une source proche de ladite société nuance, indiquant que les camions n'auraient pas accès à la décharge de Dar Es Salam, depuis quelques jours. Au niveau du ministère de l'Assainissement, c'est le silence radio pur l'instant.   

A suivre...

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

 

Créé le Mercredi 23 décembre 2020 à 8:58

TAGS