Comptes de campagne de l'UFDG : Kalémodou Yansané précise…

Guinée
Kalémodou Yansané
Kalémodou Yansané

CONAKRY-Le parti de l'opposant Cellou Dalein Diallo est-il disposé à déposer ses comptes de campagne auprès de la Cour des Comptes ? Le vice-président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), en charge des questions économiques vient d'apporter des précisions alors des spéculations sur un éventuel refus envahi déjà la cité.

Ce lundi 21 décembre 20, la Cour des Comptes a enjoint les partis politiques ayant compéti à l'élection présidentielle du 18 octobre de déposer leurs comptes de campagne dans un bref délai. Interrogé par Africaguinee.com, sur cette demande, M. Yansané a déclaré que l'UFDG n'a aucun problème à justifier ses dépenses de campagne. Toutefois, prévient-il, il y a un préalable : libérer les bureaux et le siège du parti qui sont occupés par les forces de l'ordre, pour avoir accès aux documents comptables.

«Nous nous n’avons aucun problème. Nous avons payé la caution pour être candidat, le président Cellou a fait la campagne à l’intérieur du pays, nous avons payé des panneaux en ville, on ne peut pas faire une campagne sans faire des dépenses. Donc, il n’y a pas de raison, si on nous demande, qu'on ne puisse pas justifier ça.  Mais notre siège, nos bureaux sont toujours fermés, on n’a pas accès aux documents comptables, on a aucune pièce disponible. Dans ce contexte par quelle magie on peut avoir ces documents ?", a déclaré l'ancien candidat de la mairie de Matoto.  

Lors de la campagne présidentielle, les dépenses étaient plafonnées à 20 milliards de francs guinéens, tandis que la caution était fixée à 800 millions de francs guinéens. Kélémoudou Yansané précise que pour justifier les dépenses effectuées durant la campagne, il faut avoir accès aux documents comptables.  

"Pour aller en campagne il faut des moyens, la cotisation des partis, les affiches, tee-shirts, la communication audiovisuelle, les meetings… tout ça demande des dépenses. On peut toujours dire voici ce qu’on a dépensé, mais si on dit maintenant de fournir la pièce, nous allons leur dire d’aller voir la police pour qu’elle accepte qu’on accède à nos pièces si elles existent. Parce que, si les gens sont dans nos locaux, qui peut garantir qu’on va les retrouver ? Dans tous les cas, nous nous n’avons pas de problème avec ça", a-t-il martelé.

A suivre…

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 23 décembre 2020 à 9:33