Violation des droits humains: les auteurs bientôt sanctionnés par Bruxelles et Washington?

Guinée
Image d'illustration
Image d'illustration

L’étau se resserre contre les bourreaux des droits humains qui pullulent à travers le monde ! C’est du moins ce qui transparait d’un récent document émanant du département d’Etat Américain et de l’Union Européenne. Dans le but de dissuader les abus futurs à l'échelle mondiale, les occidentaux retroussent les manches pour démanteler ce fléau qui perdure et se perpétue sous plusieurs formes. De Londres à Washington en passant Bruxelles, des sanctions sont brandies contre les auteurs des violations des droits humains.

En matière de respect des droits humains, la Guinée n'est pas citée parmi les bons élèves. Le pays dirigé par Alpha Condé a une très mauvaise réputation dans ce domaine. La situation s'est davantage dégradée depuis un an demi, avec de nombreux cas de morts, des blessés et des arrestations arbitraires, enregistrées pendant les manifestations contre le 3ème mandat. Les rapports établis par des ONG indépendantes de défense des droits humains sont accablants

A propos des actions envisagées par les occidentaux, elles visent des acteurs du monde entier qui ne respectent pas les droits humains et les normes internationales pour prévenir et combattre la corruption. Dans ce cadre, les États-Unis ont imposé des sanctions dans le cadre du programme de sanctions Global Magnitsky contre les acteurs corrompus et les auteurs de violations des droits de l'homme dans le monde. 

‘’Les États-Unis utilisent ces sanctions avec les autorités de restriction des visas 7031 (c) du Département d'État pour promouvoir la responsabilité et dissuader les violations des droits de l'homme et la corruption dans le monde’’, indique le secrétaire d'Etat. Les Etats-Unis, aux côtés du Royaume-Uni se disent satisfaits de ce programme qui commence déjà à porter des fruits. 

‘’Nous félicitons le Royaume-Uni pour les mesures qu'il a prises dans le cadre de son programme mondial de sanctions pour les droits de l'homme. Au total, les États-Unis et le Royaume-Uni ont désigné 37 acteurs au cours des 48 dernières heures pour corruption ou violations graves des droits de l'homme’’ précise le département d'Etat.

De son côté, l'Union Européenne a adopté le 7 Décembre 2020, un « régime global de sanctions » relatives aux violations des droits de l'homme. Pour la première fois, l'UE s’est dotée d'un cadre qui lui permettra de cibler les individus, les entités et les organes - y compris les acteurs étatiques et non étatiques - responsables, impliqués ou associés à de graves violations et abus des droits de l'homme dans le monde, où qu’ils se produisent.

Le cadre des mesures restrictives ciblées s'appliquera à des actes tels que : le génocide, les crimes contre l'humanité et d'autres violations ou abus graves des droits de l'homme. Par exemple les arrestations ou détentions arbitraires. Les nouvelles mesures de l'UE donnent à ses États membres, un outil puissant pour promouvoir la responsabilité des violations des droits de l'homme à l'échelle mondiale.

Les États-Unis se félicitent de l'adoption par l'Union européenne de son cadre mondial de sanctions relatives aux droits de l'homme. ‘’L'Europe aura un partenaire indéfectible aux États-Unis pour ce programme et nous encourageons l'UE à adopter ses premières désignations dès que possible. Les États-Unis continueront de rechercher d’autres alliés et partenaires pour utiliser tous les outils dont nous disposons pour refuser aux auteurs de violations des droits de l’homme l’accès aux systèmes financiers américains et internationaux’’, précise la note du département d’Etat Américain, consultée par Africaguinee.com.

Alors que la situation des droits humains s'est davantage dégradée depuis un an demi en Guinée, avec de nombreux cas de morts, des blessés et des arrestations arbitraires, enregistrées pendant les manifestations contre le 3ème mandat, l'on se demande si des acteurs étatiques guinéens ne seront-ils bientôt ciblés par les occidentaux pour d'éventuelles sanctions. Rien n'est moins sûr ! Un leader de l'opposition nous a soufflé que plusieurs responsables étatiques sont fichés et qu'ils sont en train de travailler avec des institutions pour que des sanctions prises à leur encontre.  

A suivre...

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Mardi 22 décembre 2020 à 17:55