Guinée : "Il faut arrêter de se victimiser et se battre…", dixit Bah Oury

Guinée
Bah Oury, leader du Union des démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG)
Bah Oury, leader du Union des démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG)

CONAKRY-Alors que le sentiment de "résignation" et de "désespoir" gagne certains citoyens guinéens, Bah Oury vient de lancer un appel. Le président de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG), qui s'exprimait ce samedi 19 décembre 2020, lors d'un rassemblement politique, a martelé qu'il est temps d'arrêter de se "victimiser" et de continuer à se battre pour que les choses changent dans le pays.

’Il ne faudrait pas que les gens croisent les bras alors que le feu risque de prendre ce pays. Il faut que les responsables de cette situation assument leurs échecs et parfois leurs succès. C’est ce qui leur permettra d’avoir la stature de vrais leaders. Je m’adresse à l’ensemble des guinéens, relativement aux jeunes, je vous dis que rien n’est perdu. Apprenons à lire les leçons du passé pour ne pas répéter les mêmes fautes. Si tel est le cas, nous sommes impardonnables, il faut tirer les leçons du passé avec courage, responsabilité. Il est temps de tirer les leçons du passé et d’arrêter de se victimiser", a prôné le leader de l’UDRG.

En Guinée, du premier régime jusqu'à celui d'aujourd'hui, en passant par les 24 ans de règne de Lansana Conté et la parenthèse agitée de la junte de 2008, de nombreux citoyens ont souffert dans leur chair de la violence d'Etat. Les blessures sont profondes, les clivages communautaires ancrés. Pour Bah Oury, il ne s'agit pas de vengeance, mais plutôt de se montrer à la hauteur de lire le passé pour entrevoir un meilleur avenir.

 ‘’Dire que tel m’a fait une chose je vais me venger, NON, il ne s’agit pas de cela. Peut-être si on regarde de près, aucune communauté nationale de ce pays n’a pas été exempte de tragédie, de souffrance et d’injustice. Tout le monde est passé par ces chemins. Donc, la classe politique dans sa globalité doit être capable de monter en hauteur. Je vous dis que ça doit changer ! Comment faire pour que ça change puis que ça ne va pas changer comme ça ? Il faut se battre. Continuons parce que les choses commencent à bouger en profondeur. Il faut une organisation solide avec des hommes et des femmes convaincus capables de mener ce changement pour la reconstruction de la Guinée’’, a-t-il martelé.

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224 ) 655 31 11 13

Créé le Samedi 19 décembre 2020 à 18:42