Grogne dans les universités guinéennes : Dr Aboubacar Oumar Bangoura parle…

Enseignement supérieur
Dr Aboubacar Oumar Camara, ministre de l'enseignement supérieur
Dr Aboubacar Oumar Camara, ministre de l'enseignement supérieur

CONAKRY-Le ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique vient de briser le silence sur la grogne qui agite les campus universitaires. Dr Aboubacar Oumar Bangoura qui a été interrogé par Africaguinee.com, a exprimé sa préoccupation sur ces agitations et appelle au calme.

Le ministre de l'enseignement supérieur annonce que des démarches sont en cours pour faire face à la demande des étudiants, qui faut-il le rappeler, réclament la baisse des frais d'inscription et de réinscription dans les universités publiques.

AFRIAGUINEE.COM : Des manifestations ont secoué les différents campus universitaires du pays ce jeudi 17 décembre. Quelle est votre réaction ?

DR ABOUBACAR OUMAR BANGOURA : Le département s’est réuni hier avec la collaboration de la conférence des recteurs et les directeurs généraux. On a échangé sur plusieurs éléments. Nous continuons à nous entretenir. Dans sous peu de temps, nous allons revenir vers les étudiants après avoir fait un compte rendu au gouvernement pour une dernière prise de décision.

 Nous regrettons très amèrement les violences survenues lors de ces manifestations. Il y a eu un problème notamment de communication, mais nous allons résoudre ce déficit de communication, de compréhension, de contexte et d’impatience. Sinon, c’est des choses qui ne méritent pas vraiment une telle envergure jusqu’à déranger tout le monde. Mais on verra ce qu’il faut faire pour que chacun soit dans son assiette. Ce n’est pas pour faire du mal à quelqu’un parce que ce n’est pas notre vocation. Nous allons sous peu de temps revenir aux étudiants et à la population pour éclaircir et finaliser les choses.

 

Des étudiants ont arrêtés en marge des heurts qui ont éclaté à l'université de Sonfonia. Allez-vous vous impliquer pour leur libération ?

Quand il y a des gens très agités qui continuent de troubler la quiétude étant donné que c'est quelque chose qu'on peut résoudre, on va les calmer, les retenir jusqu’à ce que la tension baisse. Moi je ne savais qu’il y a des étudiants qui ont été arrêtés mais tout ça, ce n'est pas compliqué. C’est dans le souci de maintenir l’ordre dans la cité. Nous allons revenir sur ça pour qu’ils soient libérés.

Avez-vous un appel à lancer aux étudiants ?

Ce que je leur demande, c’est de garder patience et dans sous peu de temps nous allons revenir vers eux. Je suis nouvellement en poste. Je ne peux pas prendre une décision comme ça. Il y a des choses qui ont été décidées bien avant moi, je ne peux pas donc décider tout seul de revenir sur ces choses. Je demande à tout le monde de se calmer. On est là pour tout le monde. On ne veut pas que quelqu'un souffre de frustrations. J'invite tout le monde de se clamer et de reprendre les cours.

Il faut encore revoir ce qui a été fait et ce qu’il faut faire à présent. J’appelle à la retenue, on est là pour tout le monde. Bien avant ces évènements j’ai rencontré les leaders de ces mouvements le lundi, mais s’il n’y a pas de patience c’est compliqué. Même hier on s’est réuni mais ce n’est pas encore terminé. Les discussions continuent parce qu’il ne faudrait pas sortir sans quelque chose de consensuelle avec tout le gouvernement. C'est ce qu’on est train d’attendre pour pouvoir revenir aux uns et autres le plutôt que possible.

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 311 112

Créé le Vendredi 18 décembre 2020 à 13:03