Polémiques sur les vaccins anti Covid-19: Les précisions de Dr Sakoba Keita…

Coronavirus
Dr Sakoba Keita, DG de l'ANSS
Dr Sakoba Keita, DG de l'ANSS

CONAKRY-Les autorités guinéennes ont-elles fait une commande de vaccins afin de maitriser la propagation du Coronavirus dans le pays ? Alors que la polémique a enflé ces derniers jours, le Directeur Général de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS) a apporté des précisions.

 « Pour le moment la Guinée n’a pas fait de choix de vaccins. On s’est inscrit dans le réseau Kovacs piloté par Gavi. Vous savez, c’est Gavi qui finance notre programme élargie de vaccination. Donc c’est à travers eux que nous allons être approvisionnés en vaccins parce qu’ils ont mobilisé des ressources pour payer pour un certain nombre de pays au nombre de 92 dont la Guinée. Mais ils attendent toujours que l’OMS valide un certain nombre de vaccins. Maintenant, l’autre chemin que notre pays a emprunté, c’est les relations bilatérales avec les pays producteurs principalement avec la Russie », nous a précisé Dr Sakoba Keita.

L'épidémiologiste rassure que la Guinée ne sera pas le premier pays à utiliser ces vaccins. « Nous sommes en négociations, on ne veut pas que nous soyons les premiers à utiliser ces vaccins comme Ebola. On attend que ces vaccins fassent effets dans les pays qui ont initié avant d’adhérer, c’est pour cela qu’on ne se précipite pas là-dessus. Il faut que le vaccin soit à la phase 3. Aucun vaccin n’est encore homologué sur le plan international. Cette fois-ci nous on attend qu’on publie d’abord les résultats de cette phase 3 pour adhérer à tel ou tel vaccin », a laissé entendre le Directeur National de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS).

Selon Dr Sakoba Keita, la Guinée ne va pas se précipiter pour utiliser des vaccins alors que déjà le pays est en bonne voie pour endiguer ce virus.

« C’est pour cela que nous avons reporté cette éventualité. S’il doit y avoir une vaccination ça sera à partir du mois de mars parce que d’ici là on aura suffisamment d’informations. On ne va pas se précipiter comme Ebola surtout qu’on n’a pas beaucoup de cas. Aujourd’hui on n'a que 286 personnes dans tous les 22 CTPI du pays, Donka qui avait 450 malades n’a que 52 aujourd’hui. A cette allure on risque même d’avoir zéro malade hospitalisé d’ici deux ou trois mois. Donc pour nous, il n’y pas de feu à la demeure, on peut continuer nos mesures de prévention, les dépistages systématiques, peut-être les vaccins on en aura beaucoup besoin pour protéger nos voyageurs que pour contrôler l’infection. Je pense qu’on est en très bonne voie si tout le monde continue à coopérer », a assuré Dr Sakoba Keita.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Mercredi 09 décembre 2020 à 9:55