" Gouverner autrement ", c'est aussi que tous rendent compte !

Opinion

Le conseil des ministres ,  sous la présidence, du professeur Alpha condé, à propos du prétendu détournement public de plus de 200 milliards dont est accusée à tort une ministre dans une cabale médiatique, sans précédent, a exprimé son indignation et son exaspération profondes. Il a dénoncé un acte de diffamation hautement répréhensible qui ne doit pas rester impuni , afin que la liberté de la presse , comme souvent, ne soit pas confondue au droit de calomnier ou à l'impunité totale pour certains.  Il s'en est suivi un communiqué du gouvernement,  loin d'une solidarité aveugle avec l'une de ses membres qui serait en difficulté, mais un devoir assumé de ne pas laisser abuser une opinion de bonne foi, ni permettre que des personnes tapies dans l'ombre  ternissent gratuitement  l'image et la réputation du pouvoir ,  dans une alliance de circonstance et à l'aide d'une certaine presse.

Malheureusement, pour les " comploteurs", ayant chacun son agenda,  même s'ils partagent tous le même appétit gargantuesque de pouvoir et sont hantés par la succession du Président Alpha condé,  ils ont échoué lamentablement. Ils avaient déjà perdu la raison, maintenant,  ils semblent totalement désemparés et tentent d'expliquer les réactions officielles à un pseudo-scandale financier par d'autres raisons que la seule qui vaille: rétablir la vérité pour défendre l'honneur et la crédibilité du Gouvernement,  injustement mis en cause,  et éviter aussi à l'opinion publique ,comme cela arrive tout le temps , de tomber dans le piège de la désinformation et de la basse calomnie.

Les ministères incriminés ont promis la vérité à l'opinion, pourquoi alors ne pas attendre , avant de tirer des conclusions hâtives et faire le procès du régime , s'il n'y a pas d'autres intentions, maintenant,  connues de tous ?

Qui a peur de la vérité ?

Les journalistes " investigateurs" qui ont pensé avoir le scoop de leur vie et avoir révélé l'affaire du siècle, n'ont pas émis le moindre doute à propos de leurs graves accusations,  sûrs de leur fait et  plutôt confiants dans leurs sources, ," des haut placès", d'oú la ressemblance de leur " enquête " aux rapports avancés par certains.

Ce qui semble inquiéter l'équipe de "Nabayabashing ", véritable peloton d'exécution des ministres dont les postes sont enviés et convoités par des " protégés" ou eux-mêmes, qui est fou , c'est d'avoir été découvert ,se croyant bien cachés comme à leurs habitudes , et surtout de devoir s'expliquer enfin de leurs méfaits, ignorant tout de l'administration et n'ayant aucune culture de l'Etat.

 A ce propos, la justice est mieux placée pour tout le monde : accusés et accusateurs.  Et, elle est saisie et il ne s'agira rien d'autre que de l'affaire qui intéresse tous. Comment faudrait-il encore la saisir ?

Inutile de dire qu'une fois que la justice est saisie, le Gouvernement n'a plus d'enquête à faire,  surtout que l'on accuse un de ses membres, officiellement, et vise d'autres,  en réalité. Les mêmes encore auraient dit que le Gouvernement n'est pas crédible, à la fois juge et partie. Une personne qui veut nuire n'est jamais de bonne foi et ne se préoccupe pas de la vérité ni de la morale, convaincue qu'elle est que la " fin justifie toujours les moyens".

L' essentiel est que la vérité soit connue de tous et justice soit rendue  pour ne pas que des innoncents continuent à être accablés quand de véritables coupables , eux, manipulent la presse et abusent de l'opinion, allègrement.

L' heure est venue pour chacun de rendre compte et de repondre de ses actes. C'est cela aussi, " Gouverner autrement ".

 

Mamadou Balde

Créé le Vendredi 27 novembre 2020 à 12:53