Guinée: la porte-parole de Cellou "bat en brèche" les accusations du RPG…

Violences postélectorales
Nadia Nahman, cheffe de cabinet et porte-parole de Cellou Dalein Diallo
Nadia Nahman, cheffe de cabinet et porte-parole de Cellou Dalein Diallo

CONAKRY-Nadia Nahman, la cheffe de Cabinet de Cellou Dalein Diallo vient de "battre en brèche" les accusations du RPG arc-en-ciel, imputant à l'UFDG la responsabilité des violences postélectorales qui ont endeuillé plusieurs familles en Guinée.  

Contactée par Africaguinee, la porte-parole du leader de l'UFDG n'a pas mâché ses mots dans sa réplique. Selon elle, s'il y a un domaine dans lequel le pouvoir excelle particulièrement, c'est bien celui "des mensonges d’État". Nous vous proposons ci-dessous sa réaction.

"S’il est un bilan dont on peut sans conteste créditer le régime actuel, c’est bien celui du terrorisme d’État dans toutes ses manifestations, du bâillonnement de la démocratie et du bafouement de l’État de droit dans notre pays. L’Indice Mo Ibrahim parle de recul de la sécurité et de l’État de droit en Guinée. A cet héritage peu glorieux, il convient de rajouter un domaine dans lequel le pouvoir excelle particulièrement : les mensonges d’État.

Manifester est un droit constitutionnel, tuer un manifestant est un crime. Alors, réprimer dans le sang des jeunes gens sortis célébrer pacifiquement la victoire de leur candidat dans l’allégresse, et pire, justifier cette répression par l’annonce par le Président Cellou Dalein Diallo de sa victoire en dit long sur la déchéance morale et éthique de ceux qui nous gouvernent.

Il convient de lever définitivement tout équivoque : le Président Cellou Dalein Diallo n’a pas proclamé de résultats au sens où une Institution le ferait. Il a annoncé sa victoire sur la base des résultats issus des bureaux de vote, lesquels relèvent du domaine public puisque rendus publics et affichés par les Présidents des BV, conformément aux articles 83, 85 et 87 du Code électoral. La nuance est de taille.

Ainsi, le passage de la Déclaration de la Direction Nationale du RPG-arc-en-ciel selon lequel « cette déclaration unilatérale constituait une violation flagrante de la Constitution et du Code électoral » se passe de tout commentaire. Surtout lorsqu’on se remémore les conditions dans lesquelles la Constitution de 2010 a été éventrée et que la nouvelle-née, elle-même, n’aura pas été épargnée par ses géniteurs qui n’hésiteront pas, une seule seconde, à l’amputer d’une vingtaine de ses dispositions au terme d’un pseudo-référendum meurtrier. Une première dans l’histoire du droit constitutionnel. Et on nous parle de respect de la Constitution, diantre !

Le pouvoir, après avoir donc perpétré son coup d’état constitutionnel, puis son coup d’état électoral, a déclenché une vague de violences et d’intimidations sans précédent pour museler toute opposition, un danger pour la vitalité démocratique comme le soutenait récemment le Président Emmanuel Macron.

La liste des violences dont le régime est le concepteur et l’instigateur est longue : dans l’ordre chronologique, je mentionnerai la séquestration du Président Cellou Dalein Diallo à son domicile pendant une dizaine de jours, l’occupation des bâtiments abritant les bureaux et le siège de l’UFDG par la police et la gendarmerie, la répression sanglante qui a fait 48 morts, 240 blessés par balles et 350 arrestations, la décimation de cheptels entiers appartenant à des éleveurs en Haute Guinée…

Tantôt ce sont des balles qu’on introduit à l’aide de pinces, tantôt ce sont des opposants qui prennent un malin plaisir à tirer sur d’autres opposants en usurpant des uniformes de l’armée, tous les arguments, même les plus farfelus, sont bons pour dégager l’État de ses responsabilités.

Alors qu’au même moment, Amnesty International indique que des images satellites analysées confirment les tirs à balles réelles par les forces de défense et de sécurité sur des manifestants pendant que Human Right Watch n’a trouvé aucune preuve que des armes ont été utilisées par des civils pendant les violences. D’où viennent les balles tirées par les fusils de calibre 12 ?

Isaac Asimov soutenait que la violence est le dernier refuge des incapables. Lorsqu’un régime fait la démonstration de son incapacité à gouverner pendant 10 ans, de son incapacité à redresser le pays, de son incapacité à réconcilier les fils du pays, de son incapacité à poser les bases d’un État de droit respectueux des droits humains et des libertés fondamentales, de son incapacité à respecter le choix exprimé par le peuple dans les urnes, la seule souveraineté qui vaille, et pas ce souverainisme que l’on agite par pur opportunisme comme un spectre en flattant les égos nationalistes, alors il ne reste plus que la violence pour se maintenir. Seulement, il se trouve que cette violence est exercée par ceux qui disposent du monopole de la violence légitime contre des populations désarmées. Alors oui, la situation est grave ! "

Créé le Samedi 21 novembre 2020 à 20:26