Résultats de la présidentielle: Polémique sur l'arrêt de la Cour Constitutionnelle…

Résultats de l'Election présidentielle
Des juges de la Cour Constitutionnelle
Des juges de la Cour Constitutionnelle

CONAKRY- Aussitôt rendu, l'arrêt de la Cour Constitutionnelle, portant proclamation définitif des résultats de l'élection présidentielle, fait l'objet d'une grosse polémique. La controverse fait rage notamment sur la toile, chacun allant de ses propres commentaires.

Aussitôt rendu public, l'arrêt de la Cour Constitutionnelle suscite des interrogations. Des observateurs ont vite remarqué une contradiction de taille au niveau de la date. Des éléments laissent transparaître des incohérences. C’est comme si le document aurait été préparé avant même la tenue de l'élection. Exemple : A l'entête de la première page, il est indiqué : "Arrêt N"AE 014 du 6 octobre 2020" tandis qu'à la dernière page, il est mentionné : "Conakry, le 07 novembre 2O2O".

Ce n'est pas tout. Toujours au niveau de la première page, au niveau de la phrase qui introduit la décision, on remarque une contradiction majeure au niveau de la date. Voilà ce qui est écrit : "La Cour Constitutionnelle statuant en matière électorale en son audience plénière non publique, du vendredi 06 octobre 2020…". Plus loin on mentionne : " Sur l'examen des recours et la proclamation des résultats définitifs de l'élection présidentielle du 18 octobre 2020".

Sur les réseaux sociaux, chacun s'épanche à souhait.  Certains parlant même de hold-up juridique. "Comment la Cour Constitutionnelle a pu se réunir, délibérer et statuer le 06 octobre alors que l'élection présidentielle du 18 octobre n'avait pas encore eu lieu? Comment se soumettre à une décision de justice qui est elle-même rendue en infraction de la Loi ?", s'interroge Nadia Nahman chef de cabinet et porte-parole de Cellou Dalein Diallo.

Que s'est-il passé ?

Interrogé par Africaguinee.com, un haut responsable de la Cour Constitutionnelle nous a confié qu'il s'agit juste d'une "erreur matérielle". Soit. Mais même une "peccadille", à un tel niveau de responsabilité est impardonnable, commente un acteur politique. Sentant son erreur, la Cour s'est empressée à rectifier le tir, en sortant un autre document où on remarque une certaine cohérence.

Les deux documents sont consultables ci-dessous.

Focus Africaguinee.com

Créé le Samedi 07 novembre 2020 à 22:01