Mory Doumbouya : « Pourquoi les bureaux de Cellou Dalein ont été perquisitionnés… »

Violences post-électorales en Guinée
Maître Mory Doumbouya, Ministre de la Justice
Maître Mory Doumbouya, Ministre de la Justice

CONAKRY- Pourquoi les bureaux de Cellou Dalein Diallo ont été perquisitionnés ce mercredi 21 octobre 2020 ? Le Ministre de la Justice vient de lever un coin du voile sur la descente des officiers de police judiciaire au Quartier Général de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée à Hamdallaye.

« En ce qui concerne les sièges ou au niveau de n'importe quel endroit, il est du devoir et des prérogatives des officiers de police judiciaire, lorsqu'ils sont autorisés par monsieur le procureur de la république, qui en est compétent, d'enquêter et de traquer tout fauteur de troubles. C'est ce que nous sommes en train de faire. Et tous les fauteurs aujourd'hui, seront traqués jusqu'à à leur dernier retranchement et seront mis hors d'état de nuire » a expliqué le Ministre Mory Doumbouya qui dit attendre les résultats des différentes enquêtes.

En Guinée, les violences post-électorales ont déjà fait une dizaine de morts. Cellou Dalein Diallo, le candidat de l’UFDG a annoncé sa victoire alors que la Commission électorale nationale indépendante n’a pas encore fini de donner les résultats provisoires.

Le Gouvernement guinéen a dénoncé ces violences et promet de traquer les fauteurs de troubles.

« Nous sommes un Etat souverain, nous ne sommes pas dans une république bananière. Ne tenons donc au respect des lois de la République. Toute velléité de déstabilisation des institutions et de l’ordre public ne sera tolérée. L’Etat prendra toutes les mesures pour faire régner l’ordre et la sécurité dans le pays », a déclaré le garde des sceaux.

S’agissant de la présence massive d’agents des forces de l’ordre aux alentours du domicile privé de l’opposant Cellou Dalein Diallo, le Ministre Mory Doumbouya soutient que cette mesure vise à renforcer la sécurité du candidat de l’UFDG.

« Il s'agit d'une mesure de sécurité dans l'intérêt même du candidat et dans l'intérêt de la République.  Puisqu'il y a des velléités de représailles des deux bords, des extrémistes des deux bords. Il est du devoir de l'État d'aménager des mesures de sécurité, pour ne pas tomber dans un scénario à la Rwandaise. Parce que nous connaissons le plan machiavélique du camp d'en face. C'est de nous amener à l'atteinte de l'intégrité physique d'une personnalité politique pour qu'on crée des violences à relent ethnique. Mais le rôle de l'État est de préserver l'ordre et la sécurité, éviter que le pays ne bascule dans un cycle de violences » a fait savoir le ministre de la justice.

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 22 octobre 2020 à 17:49