Mouctar Diallo : "Des responsables l'UFDG ont tenu une réunion pour nous agresser…"

Interview
Mouctar Diallo, leader de NFD
Mouctar Diallo, leader de NFD

CONAKRY-Mouctar Diallo, leader du parti Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) vient de réagir suite à l'attaque dont son siège a été la cible ce mardi 13 octobre 20, à Hamdallaye. L'actuel ministre de la jeunesse pointe un doigt accusateur sur des responsables de l'UFDG. Mouctar Diallo dit craindre pour sa sécurité, mais avertit qu'il ne répondra pas à la violence.  

AFRICAGUINEE.COM : Le siège de votre parti a été attaqué ce mardi 13 octobre dans la journée. Comment vous réagissez ?

MOUCTAR DIALLO : Je déplore cette énième violence et cette autre agression contre nos militants. Le mardi 13 Octobre le parti NFD a décidé d’organiser un grand meeting de soutien au professeur Alpha Condé pour sa réélection du 18 Octobre prochain. Pendant que nos militants étaient massivement mobilisés au siège, des gens de l’UFDG sont venus en face de notre siège avec une sonorisation et ont mobilisé des enfants à ce niveau. Lorsque j’ai été informé, j’ai aussitôt demandé à nos militants de ne pas réagir et ne pas répondre aux provocations et continuer l’animation. J’étais ferme là-dessus.

Mais au fur et à mesure que l’animation continuait et que les gens avaient commencé à se mobiliser massivement, des membres de l’Ufdg ont décidé de disperser notre meeting en jetant des projectiles et des pierres contre nos membres et le siège. Alors, il y’a eu assez de blessés graves et des dégâts matériels importants. Bien sûr que nos gens ont commencé à répondre à l’agression mais les consignes étaient fermes : Ne pas céder à la provocation. Heureusement que les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser les agresseurs. C’est vraiment dommage (…), pendant que nous appelons à une élection apaisée, l’UFDG continue la violence contre notre parti les Nouvelles Forces Démocratiques (NFD).

Selon vous qui est derrière cette attaque ?

C’est bien entendu les responsables de l’UFDG qui mobilisent les jeunes. Et d’ailleurs ceci n’est pas une première. Lors du double scrutin législatif et référendaire, notre siège avait aussi été attaqué. Il y’a quatre jours de cela aussi, notre siège a été attaqué tout en détruisant un point d’animation de campagne qu’on a installé devant notre siège portant des effigies du président Alpha Condé. On avait d’ailleurs alerté l’opinion puisque que c’était déjà une première attaque. Nous avons aussi reçu des informations sur une réunion tenue par les responsables de l’UFDG pour justement organiser des attaques contre notre parti. On m’a même dit de sources diverses et concordantes que des attaques sont planifiées contre ma personne à partir de Conakry ici au Foutah. Donc, ce ne sont pas des actions isolées ou instantanées. Malheureusement ce sont des réunions qui se sont tenues, la violence et les agressions sont planifiées contre les membres et les responsables du parti NFD.

Avez-vous des craintes pour votre sécurité ?

Oui bien sûr, mais comme nous l’avons dit, nous n’allons pas répondre à la violence. Notre parti est fidèle à sa ligne de conduite qui est la promotion des valeurs de paix, d’unité nationale, de démocratie et de progrès. Ceci ne peut être une réalité sans la paix. C’est pour cela que nous continuons à prôner la paix, la non-violence.

Est-ce vous aller saisir la justice ?

Nous sommes en train de nous concerter pour voir quelle action mener. Vous savez : après le double scrutin référendaire et législatif, suite à une plainte que nous avons porté contre X. Quand des éléments ont été arrêtés, nous avons été aussi de ceux qui avaient plaidé pour leur libération. Encore une fois, nous œuvrons pour l’apaisement pour la paix et la non-violence.

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

 

 

Créé le Mercredi 14 octobre 2020 à 17:00