Insécurité à Conakry : Nouvelles révélations sur le "meurtre" de Diaraye Sow...

Société
Diaraye Sow
Diaraye Sow

CONAKRY-Admise cette année au BEPC (Brevet d'étude de premier cycle), Diaraye Sow âgée de 16 ans, ne pourra pas poursuivre ses études. Le corps de cette jeune a été retrouvé sur les rails, au quartier Samatara, dans la banlieue de Conakry. Les images de sa dépouille sont insoutenables. Une de ses jambes coupée ainsi que d'autres parties du corps n'ont pas été retrouvées.

Diaraye Sow est sortie de la maison le vendredi 03 octobre. Son corps en décomposition a été retrouvé sur les rails de Samatra village par des enfants qui jouaient le ballon. Ses proches sous le choc parlent d'un meurtre. Alpha Oumar Bah que nous avons rencontré a confié que sa sœur a été tuée dans des circonstances atroces. Il réclame des enquêtes sérieuses sur cette affaire. Très affecté, le frère de Diaraye a du mal à décrire sa peine.

 « Quand on a vu le corps subitement, on a dit qu’elle a été tuée. Il n'y avait aucune goutte de sang sur les rails. Elle ne portait pas ses habits, si c’était le train on pouvait dire qu’il allait le broyer avec ses habits, mais ils étaient quelque part, seul le corps était sur les rails. Il n’y avait pas de traces de sang. Donc, c'est ce qui nous fait dire qu'elle a été tuée quelque part et déposée sur les rails pour noyer le poisson. Son corps était décomposé et on n’a pas retrouvé une jambe et une autre partie du front. On a ramassé des morceaux de son corps en décomposition pour enterrer. Ce qui a fait que les autorités de Samatra village ont précipité l’enterrement avant que nous soyons sur le terrain.  On n’a jusqu’à présent pas retrouvé certaines parties du corps », explique Alpha Oumar Bah.

Les images de la dépouille de Diaraye hantent encore son frère qui est fortement éprouvé. « Depuis que j’ai vu l’image de ma sœur je n’ai pas pu dormir.  La façon dont j’ai vu Diaraye sur les rails et la façon dont elle a été enterrée, je me sens meurtri dans mon âme et frustré surtout de la manière tragique par laquelle, elle a trouvé la mort. C’est ce qui m’a choqué », a-t-il dit.

Alpha Oumar Bah explique qu'à la veille de la disparition de sa sœur, il avait parlé avec elle. Le but était de demander à Diaraye le cadeau qu’il va lui offrir pour son admission au BEPC. Il indique que des enquêtes sont en cours.  

« Les enquêtes sont en cours avec la police scientifique et la brigade de recherche. Donc, on ne peut déterminer la cause de cet assassinat. Ce qui reste clair, elle a été tuée et déposée là-bas. Nous comptons poursuivre cette affaire pour connaitre la cause de la mort de notre sœur et pour que la vérité soit dite dans cette affaire. Pour l’instant on ne peut pas dire la cause réelle de sa mort. Mais ce qui reste clair elle a été tuée. Maintenant nous cherchons à savoir par qui et comment. Elle a quitté la maison en disant que son docteur l’a appelé pour suivre son traitement vers Cimenterie. Quel traitement ? C’est ce que nous ignorons pour le moment et on ne connait pas le docteur en question. 

A ma connaissance, Diaraye n’avait pas été victime de menace et je ne pense pas qu’elle pouvait avoir des ennemis à ce niveau parce que Diaraye ne sortait pas de la maison et elle n’a pas d’amies avec lesquelles on pouvait douter de leur moralité. On ne pouvait pas imaginer cela. On n’a pas pour le moment des soupçons sur un règlement de compte contre elle. Diaraye est une fille timide, sage, bien éduquée. Elle a eu le brevet cette année et malheureusement elle ne pourrait plus continuer ses études parce qu’on l’a tué », a déclaré Alpha Oumar qui annonce une plainte. Il compte organiser une manifestation pour réclamer justice sur la mort de Diaraye.

Bah Aїssatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Mercredi 07 octobre 2020 à 12:54

TAGS