Le sang a coulé à Kolaboui: Yaya Barry tué par balle, un autre blessé dans le "coma"

Boké
Manifestation à Kolaboui
Manifestation à Kolaboui

BOKE-Le sang a coulé ce lundi 05 octobre 20, dans la commune rurale de Kolaboui, émaillée par des manifestations contre le manque d'électricité. Un jeune a été tué par balle aujourd'hui, dans la soirée dans cette localité, située à une vingtaine de kilomètres de la ville de Boké. Des bérets rouges envoyés en renfort pour contenir les manifestants sont pointés du doigt par les autorités locales.

"La journée s'est très mal terminée. Puisqu'on a tiré à bout portant sur un jeune qui n'avait rien à voir avec la manifestation. Il a reçu la balle alors qu'il sortait de chez lui. Le militaire a délibérément tiré sur lui, il est décédé. Son demi-frère qui a aussi reçu une balle à la tête est dans le coma. Lui il a été transporté d'urgence à Kamsar. A 15h, ils ont envoyé des renforts de Boké, six pickups remplis de bérets rouges. Pendant trois heures de temps, il y avait des affrontements, ils n'ont pas pu maitriser les jeunes, ils ont replié. Certains d'entre eux se sont retrouvés au piège, ils ne pouvaient rejoindre leurs collègues. C'est l'un d'entre eux qui a ouvert le feu sur le jeune", a confié un jeune de Kolaboui, apparemment sous le choc.

Lire aussi-Remous à Kolaboui : l'activité minière fortement paralysée…

Interrogé ce soir, le maire de Kolaboui a confirmé le meurtre d'un jeune. Il a directement pointé du doigt des bérets rouges.

"Ce qui se passe ici n'a rien à voir avec la politique, la communauté demande l'électricité (…), on demande l'éclairage de Kolaboui. Les autorités n'ont pas tenu leurs promesses. C'est ce qui irrité la jeunesse. Ils ont barricadé la route. Les bérets rouges qui sont venus ont tiré à balles réelles, un jeune est décédé. On a envoyé son corps jusqu'à chez moi (…) Mais au moment où je vous parle, le corps se trouve au centre de santé de Kolaboui. La victime s'appelle Yaya Barry, il y a un autre blessé qu'on a évacué à Kamsar ce soir. Ce dernier s'appelle Mamadou Lamarana Barry", a expliqué le maire de Kolaboui, Ansoumane Koumbassa.

Pour la énième fois, les jeunes de Kolaboui sont descendus dans les rues, après une trêve de deux semaines. Ils protestent contre le manque d’électricité dans leur sous-préfecture située à seulement 22 kilomètres de la région minière de Boké.

Depuis la nuit du dimanche 04 octobre, des jeunes manifestants, en colère contre le manque d’électricité et d’eau potable, ont érigé des barricades sur la route nationale. Toutes les activités économiques sont restées à l’arrêt. Boutiques et magasins sont restés fermés pendant toute la journée. Le chemin de fer bloqué.

Interrogé dans la journée par notre correspondant, le sous-préfet de Kolaboui avait averti qu’il ne tolérera plus les  manifestations à répétition. “Kolaboui est une ville stratégique. Nous ne voulons pas des manifestations ici, surtout, en prélude des élections parce que si Kolaboui est bloqué cela impact Boké, Kamsar et même la Guinée-Bissau", a déclaré Mamadouba Yakha Camara.

Malgré l’implication des sages, des religieux et des autorités communales et sous-préfectorales, les manifestants n’ont pas arrêté. Ils exigent la satisfaction de leurs revendications. Kolaboui est une sous-préfecture située dans la région minière de Boké. Une zone stratégique dans le transport de la bauxite.

Nous y reviendrons!

Depuis Boké, Oumar Sory Camara

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 06 octobre 2020 à 1:18

TAGS