Présidentielle en Guinée : La Cédeao déploie une mission d'experts à Conakry...

Election présidentielle en Guinée
Mahamadou ISSOUFOU président en exercice de la CEDEAO et Jean Claude Kassi Brou, président de la Commission
Mahamadou ISSOUFOU président en exercice de la CEDEAO et Jean Claude Kassi Brou, président de la Commission

CONKARY-En prélude à l'organisation de l'élection présidentielle du 18 octobre en Guinée, la communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (CEDEAO) a déployé des experts électoraux. Ils sont arrivés à Conakry ce week-end, a appris Africaguinee.com auprès d'un haut responsable de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Le travail de ces experts consistera à appuyer l'organe électoral sur des aspects techniques liés au fichier électoral. Un fichier décrié par l'opposition qui dénonce la présence de plus de deux millions d'électeurs fictifs.

L'arrivée de ces experts électoraux est intervenue suite à une réunion virtuelle organisée à Abuja par le président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi-Brou, le Week-end dernier.

Les nations-unies, l'union africaine ont pris part à cette entrevue virtuelle avec les acteurs impliqués dans le processus électoral guinéen. A savoir : la CENI, la Cour Constitutionnelle, la mouvance présidentielle, l'opposition réunie au sein du FNDC. 

Ces experts arrivent à Conakry alors qu'une grande inconnue demeure: Alpha Condé fera-t-il partie de la course du scrutin du 18 octobre? Le Chef de l'ETAT entretient le suspense. Mais jusqu'à quand? Lui seul le sait. Toutefois, il faut dire que le temps presse. Il ne reste plus qu'environs deux semaines pour se déterminer. Car la Cour Constitutionnelle a fixé la période du dépot des candidatures entre le 19 août et le 8 septembre. 

Quid de la participation de l'opposition ? 

Cellou Dalein Diallo qui dirige l'UFDG, la principale formation politique d'opposition, a une position "nuancée". L'opposant n'a pas fermé la porte à une éventuelle participation de son parti à la présidentielle. L'ancien premier ministre prévient cependant que la candidature d'Alpha Condé pose problème.

"Le parti va examiner la situation et puis décider. L'UFDG est un parti démocratique. Si Alpha Condé est candidat ça nous pose un problème parce que nous n'avons pas reconnu la nouvelle constitution. Le laisser seul pour être candidat…On va tout faire pour empêcher sa candidature, à défaut on avisera", a-t-il dit interrogé récemment par un média sénégalais.

L'opposition va-t-elle boycotter ce scrutin majeur et laisser le champ libre à Alpha Condé ? Pas sûr! Cellou Dalein Diallo annonce des concertations au sein du FNDC et de l'opposition politique pour prendre une décision consensuelle.  

"On va se concerter au niveau du FNDC, au niveau de l'opposition politique, ensuite on prendra une décision de manière consensuelle. On ne va pas prendre une décision solitaire (…)", a-t-il annoncé.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

 

Créé le Dimanche 23 août 2020 à 17:16