MBia Kaba, leader de la grogne à Kankan : "On se sent trahi par le Président…"

Manifestation à Kankan
Ousmane Mbia Kaba, leader de la grogne à Kankan
Ousmane Mbia Kaba, leader de la grogne à Kankan

KANKAN-Quel est l'avenir du mouvement citoyen pour l’électrification de la Haute-Guinée ? Après plusieurs mois de protestation, les jeunes frondeurs ont décidé de marquer le pas. Dans cet entretien, Ousmane Kaba "M’bia", le leader du mouvement, donne les raisons de cette trêve. Il exprime aussi un sentiment de déception vis-à-vis du pouvoir du président Alpha Condé et fait une annonce par rapport à leur prochaine manifestation s'ils ne voient pas d'actes concrets allant dans le sens de la satisfaction de leur revendication.

AFRICAGUINEE.COM : Les forces de l’ordre ont étouffé dans l’œuf votre précédente manifestation. Peut-on dire que votre mouvement s'essouffle ?

Après la libération de nos amis, on est plus fort que jamais. Mais pour l'instant la trêve va continuer jusqu'à l’amélioration de notre revendication. Personne ne peut nous intimider, on ira jusqu'au bout de cette lutte.

Sur les banderoles que vous avez brandies dans votre précédente manifestation, ou on pouvait lire « Alpha Condé ne doit pas nous emprisonner ». Pourquoi ce slogan ?

La Haute Guinée, notamment nos parents ont souffert pour Alpha Condé. D’autres ont été tués à cause de lui. C’est la raison pour laquelle nous avons fait des pancartes pour montrer et lui rappeler que c’est grâce à nos parents qu'il est aujourd'hui au pouvoir.

Avez-vous le sentiment d’avoir été trahi par le chef de l’ETAT pour lequel vous vous êtes battus ?

Absolument ! Nous sommes dans un regret total aujourd'hui. Combien d’années nous sommes derrière ce pouvoir ? On n'a rien eu de concret. Nous avons un sentiment de malaise alors que nous demandons seulement un barrage pour la Haute-Guinée. Seulement un barrage. Franchement on se sent trahi par le président.

Quelle va être la prochaine étape ?

Notre prochaine étape est claire et nette. Si nous ne voyons rien de concret, nous allons redescendre dans les rues dès le 27 août prochain. Ça c’est clair, il n'y aura pas de négociation autour. Sans barrage, nous n’allons pas reculer.

Propos recueillis à Kankan par Facély Sanoh

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 09 août 2020 à 15:54

TAGS