Affaire Nanfo Diaby : La colère des autorités religieuses…

Guinée
Aly Jamal Bangoura, Secrétaire Général des Affaires Religieuses
Aly Jamal Bangoura, Secrétaire Général des Affaires Religieuses

CONAKRY- L’affaire Nanfo Ismaël Diaby, le prédicateur Nko qui prie en langue Maninka continue de susciter des réactions dans le pays. Après la sortie caustique du grand imam de Conakry, Elhadj Mamadou Saliou Camara, le Secrétariat Général des Affaires Religieuses a vigoureusement condamné ce mercredi 15 juillet 2020, le comportement de cet Imam.

 « Au nom du secrétariat général des affaires religieuses nous condamnons avec la  dernière énergie cette attitude de Nanfo Ismaël Diaby », a déclaré  le secrétaire général des Affaires Religieuses, Aly Jamal Bangoura. Selon  le secrétariat général des affaires religieuses,  Monsieur Nanfo serait responsable des récentes révoltes survenues à Kankan.

« Si aujourd’hui, Monsieur Nanfo continue de braver les autorités religieuses, c’est à elles de nous venir en aide parce que nous n’avons pas le pouvoir de frapper, de faire arrêter et d’emprisonner.  C’est ainsi le Préfet et le Gouverneur de Kankan ont convoqué Monsieur Nanfo pour toujours lui demander d’arrêter. Il a dit que personne au monde ne pourra l’intimer d’abandonner sa décision de prier en langue Maninka. (…) Il est remarqué qu'il a construit une mosquée sans l’autorisation d’aucune autorité administrative ni religieuse, ce qui est déjà une infraction. Deuxièmement, il s’est constitué en Imam alors qu’aucune autorité de Kankan ne lui a donné une autorisation d’officier la prière. Pendant ce temps, la jeunesse religieuse et musulmane de Kankan révoltée, s’est transportée dans son domicile pour détruire la mosquée et autres », a rappelé El hadj Mohamed Sayon Bangoura dans une déclaration.

Lire aussi-Le grand Imam parle: ‘’Celui qui soutient les actes de Nanfo Diaby est considéré comme un mécréant "

Le secrétariat général des affaires religieuses a indiqué que les érudits des pays limitrophes de la Guinée ont également condamné cet acte de Nanfo.

« Aujourd’hui, des érudits des pays limitrophes de la Guinée qui ont appris l’attitude de Monsieur Nanfo ont condamné eux aussi. Ce qui fait qu’aujourd’hui, nous devons nous réunir pour condamner une fois de plus l’attitude de Monsieur Nanfo  car, c’est une première que nous ne devons pas accepter. Nous sommes les soldats de la religion, nous ne devons pas accepter que parmi nous quelqu’un veuille saboter la religion », s’insurge El hadj Mohamed Sayon Bangoura.

A noter  que cette affaire remonte au  10 juin 2019 quand  NanfoDiaby a dirigé une prière en langue Maninka à Kankan pendant le mois de ramadan.

 

Bah Aïssatou

Pour Africaguinee.com

Tél: (+224) 655 31 11 14

Créé le Jeudi 16 juillet 2020 à 10:59

TAGS