Guinée: la nouvelle Loi sur la HAC soulève des inquiétudes…

Liberté de la presse
Marche de protestation des journalistes à Conakry, image d'archive
Marche de protestation des journalistes à Conakry, image d'archive

CONAKRY-Le vote de la nouvelle Loi portant composition, organisation et fonctionnement de la Haute Autorité de la Communication (HAC) soulève des inquiétudes. L’adoption de cette Loi Organique par l’assemblée nationale fait débat dans le giron de la presse guinéenne.

Ce document révisé qui porte le numéro 005/SG/AN, a été examiné et adopté, ce vendredi 3 juillet 2020. Il comprend 59 articles répartis en 5 titres, dont 4 subdivisés en chapitres et en sections. Il consacre une forte mainmise de l’exécutif sur cette institution chargée de réguler les médias en Guinée. Le Président de l'Institution est nommé par décret du président de la République alors que dans l’ancienne Loi, ce dernier était élu par ses pairs. Chez de nombreux professionnels de medias, on craint que la HAC ne soit désormais une simple caisse de résonance.   

Malgré l’augmentation du quota de  sièges devant revenir aux médias au compte de cette institution, présidents d’associations de presse, journalistes et même patrons de medias,  ne sont pas du tout rassurés quant à l’indépendance de cette nouvelle HAC.

Le président de l'Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée (URTELGUI), au micro d’Africaguinee.com, fait ‘’grise mine’’. Pour ce patron de presse, rien  n’est rassurant en dépit de  l’obtention de deux sièges de plus.

‘’ Ce qui est sûr, en tant que patron de presse on ne sait pas ce qui est mis dans cette nouvelle loi nous concernant. Lorsqu’ils nous ont pris 3 membres, en tant que président d’association, on a exercé  des pressions au niveau de l’assemblée nationale, pour qu’ils maintiennent le même quota, c’est-à-dire 05 membres à défaut d’augmenter.  Et cela c’est sans concession puisqu’on ne peut pas revenir sur ça’’ a indiqué Sanou Kerfalla Cissé.

Pendant trois semaines, souligne le président de l’Ultergui,  un combat de Titan a été mené au niveau du parlement guinéen pour obtenir plus de sièges. ‘’Nous avons été sans indulgence parce que nous leur avions dit s’ils tiennent coûte que coûte à ce que la présidence de la république ait 3 voix ; qu’ils nous retournent toutes nos  voix qui sont au nombre de 5 pour les associations de presse. Ce qui est clairement dit, si nous ne pouvons pas avoir plus  qu’on garde ce qu’on a déjà comme acquis’’ a souligné le président de l’Urtelgui, annonçant qu’une conférence de presse sera organisée par toutes les associations de presse pour plancher sur cette nouvelle donne.

A lire aussi :  Réforme de la Loi L003 sur la HAC : Ce qui irrite la colère des journalistes…

Le syndicat de la presse professionnelle et privée de Guinée n'a finalement pas obtenu de commissaire au sein de la Haute Autorité de la Communication dont le nombre de sièges passe de 11 à 13. Mais ce qui est plus frappant dans cette nouvelle Loi, c'est le renforcement du Pouvoir du Président de la République qui, outre les trois personnalités qu’il désigne, nomme aussi par décret le ou la Président (e) de l’Institution chargée de réguler les médias en Guinée.

Interpelé ce vendredi sur les changements intervenus, le président du parlement guinéen s’est justifié à sa manière. « Toute Constitution n'importe où dans le monde, annonce les institutions républicaines et une Loi organique annonce le mode d'organisation et de fonctionnement. Mais la Constitution de 2010 a créé les institutions, a entamé le mode fonctionnement parfois même jusqu'au salaire des composants de l'organe avant de renvoyer  à une Loi organique. A chaque fois qu'on a voulu faire des Lois organiques ici pour améliorer le mode de fonctionnement, en  réalité on s'est heurté à des dispositions incluses dans la Constitution. (…) En ce qui concerne la HAC, on a redéfini son rôle. La HAC est un organe de régulation », a expliqué Amadou Damaro Camara.

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Dimanche 05 juillet 2020 à 12:18

TAGS