Bolton accuse Trump d’avoir cherché l’aide de la Chine

Election présidentielle

L’ancien conseiller du président américain affirme que ce dernier aurait demandé à Pékin d’agir commercialement afin de favoriser sa réélection.

L’ex-conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, accuse le président américain d’avoir cherché l’aide de la Chine pour gagner sa réélection en novembre, selon des extraits explosifs d’un livre à paraître qui provoquent l’indignation des démocrates.

Alarmés mais aussi parfois moqueurs devant sa façon de gérer les relations internationales, plusieurs poids lourds du gouvernement Trump, dont son chef de la diplomatie Mike Pompeo ou John Bolton lui-même, ont envisagé de démissionner, d’après le Washington Post.

Figure de la politique américaine, l’ex-conseiller décrit des échanges entre Donald Trump et des dirigeants étrangers d’autant plus embarrassants qu’ils font écho à l’affaire ukrainienne, qui avait valu au président américain une procédure infamante de destitution.

Les démocrates l’avaient alors accusé d’avoir demandé une faveur à Kiev pour son intérêt personnel: enquêter sur celui qui est désormais son rival pour la présidentielle du 3 novembre, Joe Biden.

Le livre de John Bolton révèle que «le président Trump (a) vendu les Américains pour protéger son avenir politique», a réagi ce dernier.

«Si ces propos sont avérés, cela est non seulement répugnant moralement mais c’est aussi une violation du devoir sacré de Donald Trump envers les Américains», a accusé, dans un communiqué, l’ancien vice-président américain.

Les fuites dans la presse mercredi surviennent au lendemain de l’annonce d’une action en justice de l’administration Trump pour tenter de bloquer la parution de cet ouvrage («The Room Where It Happened, A White House Memoir»), catapulté au sommet des ventes sur le site Amazon.

Elle a insisté mercredi en engageant une nouvelle action en urgence avant la parution, prévue le 23 juin.

«Il a enfreint la loi», en diffusant des informations «très confidentielles», a estimé le président américain à la chaîne Fox News, en moquant le passé de son ancien conseiller volontiers va-t-en-guerre, et son soutien passé à la guerre américaine en Irak.

AFP

Créé le Jeudi 18 juin 2020 à 7:43