Guinée : Une nouvelle ligne de front contre Alpha Condé à l’International…

Politique
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

CONAKRY-Décidemment les opposants n’envisagent pas laisser le Président Alpha Condé dormir tranquille. Outre le signalement que leurs avocats ont déposé à la Cour Pénale Internationale (CPI) ils ont engagé une nouvelle bataille diplomatique à l’international pour isoler davantage le régime de Conakry.

Le front national pour la Défense de la Constitution a déposé des dossiers  au niveau de plusieurs institutions internationales pour demander des sanctions ciblées contre certains hauts responsables gouvernementaux ayant joué des rôles dans la répression violente et d’autres atteintes graves aux droits humains en Guinée pendant les manifestations contre la réforme constitutionnelle.

Des dossiers ont notamment été adressés dans ce cens à la Commission de l’Union Européenne, au Parlement Européen et au Département d’Etat américain, a-t-on appris. Une source proche du FNDC a confié à Africaguinee.com, qu’il y a des retours sans préciser leur nature. Elle précise cependant que le dépôt de ces dossiers précède le signalement adressé à la CPI, il y a environs deux semaines.

Mais il d'ores et déjà dire d'emblée que si des sanctions devraient être  prises par les institutions auxquelles le FNDC s’est adressé, elles pourraient  notamment concerner des interdictions de voyager, des gels d’avoirs ou encore la suspension de certaines aides financières n’ayant pas une incidence sur la vie  des populations.  

Le 05 mai dernier, le très sérieux le Centre d’études stratégiques de l’Afrique, organisme du Département de la défense des États-Unis, créé et financé par le Congrès américain a publié une note accablante contre le régime de Conakry. Cet organisme rattaché au Pentagone préconise également des sanctions ciblées pour contraindre Alpha Condé 82 ans, au pouvoir en Guinée depuis 2010, à céder son fauteuil cette année.

Déjà éprouvé par l'épidémie de Coronavirus qui frappe de plein fouet son pays, Alpha Condé devra s'engager dans une double bataille à l'international. D'abord le front judiciaire à la CPI, ensuite le front diplomatique pour redorer son image ternie par la repression de la contestation populaire contre la réforme constitutionnelle. Sur ces points d'ailleurs son gouvernement a envoyé des supports vidéo et audio à la CPI et à d'autres institutions pour alerter celles-ci sur "les agissements du FNDC".  

 Affaire à suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 11 mai 2020 à 21:03