Denghen/Mali: les habitants fuient le village suite à un nouveau tremblement de la terre…

Echo de nos régions
Village de Denghen
Village de Denghen

MALI-Le 9 Avril dernier, un léger mouvement de la terre suivi de bruits a été ressenti à Denghen, village très enclavé de la sous-préfecture de Salambandé, préfecture de Mali Yembering. Le phénomène a repris ces derniers jours avec plus d’intensité, suscitant la psychose chez les habitants. Plusieurs maisons et cases d’habitations présentent des fissures. Des témoins indiquent que même des rochers se sont fissurés. Depuis la soirée du vendredi 24 Avril, les bruits qui sont  entendus ont  touché des villages voisins notamment dans Matakaou; localité qui fait frontière entre Mali et Koubia. Aujourd’hui, beaucoup d’habitants de Denghen commencent à fuir pour trouver refuge ailleurs. D’ailleurs depuis un bon moment, ils dorment tous à la belle étoile de peur que les bâtiments ne s’effondrent sur eux en plein sommeil.

 «La situation qui se passe ici maintenant dépasse toute imagination surtout ces dernières 72heures. Ce que nous avons ressenti et entendu hier à Minuit, c’est ce qui fait partir les gens du  village  même si ce n’est pas de façon massive pour le moment. Notre premier imam a fait quitter sa famille, à l’heure où je vous parle je suis avec ma famille on cherche à aller à Labé. Les gens quittent. Le bruit qu’on a entendu la nuit dernière a été plus grave que tous les autres jours. Des gens disent que c’est parce que le nom du village a été changé, c’est les raisons, mais nous ne croyons pas à tout ça. Récemment le nom de Madina Touba a été donné à  Denghen qui reste  d’ailleurs  toujours. En réalité je ne pense pas qu’une simple appellation serait une raison de tout ce que nous subissons. Nous avons fait  beaucoup de  prières et des sacrifices mais ça continue toujours. Des voisins sont en train de venir voir comment nous sommes ; la psychose est totale » explique Alpha Oumar Barry, habitant de Denghen qui quitte le village avec sa famille.

Dame Amanatou Sylla, 41 ans  citoyenne de Denghen est très inquiète, mais elle n’a pas d’autres alternatives que de rester faute d’endroits où aller. Elle se résigne et se confie à Dieu : « Toute mère de famille est inquiète aujourd’hui de vivre ici. Mais si vous n’avez pas des parents ailleurs ou une maison, c’est ici que vous allez rester, c’est le ramadan nous n’avons pas où aller. Nous prions Dieu de faire cesser tous ces mouvements afin qu’on retrouve la sérénité d’antan », s’est résignée cette dame.

Les inquiétudes grandissent, les habitants décident de passer la nuit à la belle étoile de peur que les habitations ne s’effondrent sur eux. Des fissures sont visibles sur toutes les habitations. Certains villages voisins commencent à ressentir aussi ces mouvements étranges: «  nous ne savons plus quoi faire sinon que de dormir dehors. Nous entendons la vibration de la terre comme si c’était là nous sommes assis. En un seul jour nous avons ressentis au moins 23 vibrations qui se suivent. Même des pierres se sont fissurées. Donc ce n’est pas une maison qui va échapper. Pour le moment, il n’y a pas de blessés ni de morts mais si ça continue, on risque le pire. Hier dans le village de Dara Niannou situé sur la montagne  qui relève de Matakaoua, les habitants ont ressenti la même chose à l’heure de la rupture, quelques morceaux de ciments se sont détachés de certaines maisons. Du coup tout le monde est sorti dehors bien qu’il pleuvait. Selon les explications, ce n’est pas là-bas que le bruit s’est fait mais ce qui se passe chez nous qui a été entendu là-bas. Nous entendons à tout moment. Pour le moment je ne suis pas parti du village. Les gens plient bagages et  partent  vers des familles proches c’est vrai. Si ça continue nous serons obligés de partir » témoigne B.P, un agent de santé en service à Denghen.

Assiatou Diallo, habitante de Matakaou centre confirme deux mouvements dans son village, l’un tard dans la nuit du vendredi, l’autre après la prière de 5 heures ce samedi : « au moment où on s’inquiétait pour les populations de Salambandé dans Mali nous avons ressenti deux mouvements légers chez nous aussi. Le vendredi aux environs de 23 heures et ce samedi matin après la prière de 5heures. J’égrenais mon chapelet quand j’ai entendu le bruit de loin et j’ai ressenti le mouvement. Je ne suis pas la seule, tout le monde est unanime. La peur gagne les gens déjà ici encore, nous avons peur que ça soit fréquent comme à Salambandén. Là-bas c’est le pire. Les gens quittent le village pour venir à Matakaou ou ailleurs. Certains habitants de Denghen qui fuyaient sont passés par là », témoigne-t-elle.

Les  autorités locales de Salanabandé et de Mali centre  n’ont pas  voulu commenter cette fois la situation qui prévaut.

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 664 93 45 45

 

Créé le Dimanche 26 avril 2020 à 8:41