N’Zérékoré : le très lourd bilan des violences postélectorales…

Violences électorales en Guinée

NZEREKORE-Le bilan des violences postélectorales survenues à N’Zérékoré  est très lourd. Cette grande agglomération de la région forestière a été déchirée par des affrontements à relent ethnique les 22 et 23 mars 2020. Plusieurs cas de morts dans circonstances affreuses ont été enregistrés. Certaines victimes ont été lynchées, tandis que d’autres brûlées vives.  Outre les lieux de cultes, plusieurs maisons d’habitations ont été incendiées.

Au quartier Gonia, un jeune a trouvé la mort par balle. Yakouba Bérété était étudiant à l'Université de Nzérékoré en licence 3 Génie de l'environnement. Les circonstances de sa mort ne sont pas encore bien élucidées. Le domicile du recteur de l’université a été également la cible d’attaques.

A Nakoyakpala, un autre étudiant de la licence 1 en gestion des ressources a été touché ce matin par une balle perdue. Sa vie est néanmoins hors danger. "C'est à 6h du matin, j'étais encore au lit quand une balle perdue a perforé la tôle et le plafond pour tomber sur ma tête. Je saignais quand, j'ai alerté la famille", nous a confié Doré Mosco, domicilié au quartier Nakoyakpala. Au quartier Boma, un jeune non identifié a été brûlé vif au beau milieu de la route.  

A Nyen toujours dans la commune urbaine, Jeannot Vert a été assassiné en voulant défendre son église. Le drame s'est produit ce lundi 23 mars 2020. Cette victime qui est l'un des fleuristes les plus renommés de Nzérékoré a trouvé la mort en voulant sauver son église Baptiste de Nyen sise à proximité de son domicile. Jeannot Vert se serait opposé aux jeunes qui avaient l'intention de brûler l'église. C'est suite à cela qu'il a été lynché par ses bourreaux.

 Plusieurs images des exactions commises dans la ville circulent sur des réseaux sociaux. Certains d’entre elles sont insoutenables. Un couvre-feu a été instauré dans la soirée de ce lundi. Ce mardi 24 mars 2020, un calme précaire règne dans la cité.

Pour l’heure, il est difficile d’établir un bilan exhaustif des violences. Une source hospitalière contactée par Africaguinee.com, a indiqué que pour l’heure, il difficile d’établir des statistiques fiables sur le nombre de blessés et de morts.

Affaire à suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Mardi 24 mars 2020 à 16:32