Nzérékoré : des citoyens se soulèvent contre des exactions policières…

Echo de nos régions
Manifestation à Kpaya
Manifestation à Kpaya

NZEREKORE-Les citoyens de Kpaya, localité située à une dizaine de kilomètre de Nzérékoré ont manifesté ce mardi 17 mars 2020 pour exprimer leur ras-le-bol suite à l’interpellation d’un citoyen de leur localité. Les jeunes en compagnie des femmes du village ont érigé des barrages bloquant la route nationale Nzérékoré-Beyla. Les forces de l’ordre sont accuséesd’avoir opéré des exactions nuitamment contre un citoyen de la place. C’est suite à cela que les jeunes sont sortis dans les rues pour protester contre ces violations des droits humains.

Le problème tourne autour de Para et de Mamady Kourouma qui sont engagés dans un conflit domanial de longue date. « C’est tard la nuit vers 4h du matin que les forces de l’ordre que nous ne connaissons pas sont venus arrêter Mamady Kourouma. Il a été bastonné et torturé avant d’être foulé en prison. C’est pourquoi dès le matin, nous sommes sortis pour réclamer sa libération mais aussi savoir pourquoi il a été interpellé de cette façon », nous a relaté Thomas Koulemou un jeune de Kpaya.

Le conflit a déjà été tranché par la justice. Il s’agit d’un problème domanial entre deux citoyens, nous a expliqué le maire de Samoé d’où relève le village de Kpaya.

« Il s’agit d’un conflit domanial qui oppose Para et Mamady Kourouma. Le problème date d’un peu longtemps. La commune s’était saisie du dossier mais vue l’envergure que le problème prenait, on était obligé de le déférer à la justice qui a aussi tranché. Mamady Kourouma avait raison après le verdict de la justice. Je ne sais pas ce qui s’est passé encore quand le nommé Para est allé au champ de Mamady où il a défriché la plantation de ce dernier. Après constat, Mamady est venu porter plainte contre Para au chef de district qui a convoqué les deux. Mais l’accusé a refusé de répondre à la convocation. Ainsi le chef de district a conseillé au plaignant de porter plainte à un niveau un peu haut. (…) l’accusé a refusé de répondre à la convocation. A notre fort étonnement, c’est l’accusé à son tour qui va porter plainte contre Mamady à la gendarmerie de Nzérékoré. Lui aussi à son tour a jugé nécessaire de pas répondre à la convocation puisque ce dernier avait refusé de répondre à ses convocations. C’est dans ça que la gendarmerie est venue l’interpeller tardivement la nuit vers 4h du matin. Il a été bastonné très bien avant d’être conduit à la gendarmerie. C’est de là que toute cette manifestation est partie », nous a confié Koly Daniel Théa, maire de la commune rurale de Samoé.

Selon lui, pour atténuer le problème, il fait des démarches pour obtenir la libération du détenu pour permettre aux jeunes de mettre fin d’abord à leur manifestation car ceux-ci demandait coûte que coûte la libération de ce dernier.

‘’Le gouverneur m’a appelé pour me rendre là-bas. Quand je suis allé j’ai fait mon mieux pour d’abord obtenir la libération de Mamady qui est blessé puisqu’il  été bien bastonné. Maintenant là, il est entrain de suivre des soins ici à l’hôpital régional. C’est après sa libération que le calme est revenu. Mais les jeunes insistent pour savoir ce qui est derrière tout ça’’, a ajouté le maire.

Selon quelques indiscrétions, une main noire serait derrière cette affaire.

A suivre…

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél: ( 00224) 628 80 17 43

Créé le Mercredi 18 mars 2020 à 10:13