Cellou Dalein après le discours d’Alpha Condé : « Nous continuerons le combat… »

Guinée
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- Le bras de fer semble inévitable en Guinée. Les opposants au projet de référendum Constitutionnel promettent de maintenir la pression pour faire plier le Président Alpha Condé. 

Pour l’opposant Cellou Dalein Diallo, le discours tenu ce vendredi 28 février 2020 par le Président Alpha Condé n’a réglé aucun problème parmi leurs revendications. Le leader de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée a dans cette interview qu’il nous a accordée, lancé un appel à ses compatriotes.  Exclusif !!!

 

AFRICAGUINEE.COM : Quelle lecture faites-vous de l’adresse à la Nation faite ce vendredi soir par le Président Alpha Condé ? 

CELLOU DALEIN DIALLO : Il n’y a aucune analyse à faire. Il fallait simplement écouter attentivement Alpha Condé, c’est ce que j’ai fait, j’ai noté qu’il maintient son cap sur le 3ème mandat, en changeant la constitution. Il maintient l’exclusion de l’opposition politique du processus électoral. J’ai compris qu’il cherche juste à réparer les fautes diplomatiques qu’il a commises en déclarant persona non grata ses pairs de la CEDEAO qui voulaient venir pour s’enquérir de la situation qui prévaut en Guinée et essayer s’il y a lieu d’apporter leurs conseils. Malheureusement monsieur Alpha Condé n’a pas voulu les recevoir et cela a aggravé son isolement diplomatique. C’est pour ça qu’il a reporté, ce n’est pas pour aller vers des élections inclusives, transparentes. Ce n’est pas pour satisfaire les revendications du peuple de Guinée qui sont exprimées par le FNDC, c’est pour juste tenter de rompre son isolement diplomatique. 

Selon vous ce délai de deux semaines n’est pas suffisant pour régler tous les problèmes liés à ces élections ? 

Le problème du fichier ce n’est pas seulement les deux millions cinq cent mille (2 500 000) électeurs qui sont supposés être des doublons ou qui n’ont pas fait l’objet de doublonnage. Le problème du fichier c’est aussi le non enrôlement de plusieurs guinéens qui ont le droit de vote aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur. Le problème du fichier c’est aussi l’enrôlement massif pendant cette dernière révision d’enfants notamment dans les fiefs du RPG arc-en-ciel. Donc le fichier a beaucoup de problèmes, il comporte beaucoup d’irrégularités et d’anomalies qu’il faut corriger. Et pour le faire il serait bon si monsieur Alpha Condé veut aller à des élections transparentes, équitables, inclusives d’abord de commencer par ouvrir un dialogue pour identifier les sources de conflits et essayer de voir quelle réponse apporter à ces sources de conflits. Mais telle n’est pas sa volonté. Sa volonté d’exclusion de l’écrasante majorité de la classe politique, toute l’opposition significative qui détient 45% des sièges à l’Assemblée Nationale n’est pas partie prenante à ce processus. Son objectif n’est pas de restaurer la paix et la confiance pour aller à des élections apaisées, son objectif reste l’exclusion, la fraude électorale sur la base d’un fichier qui est très loin de refléter l’état du corps électoral. Donc nous disons, nous au niveau du FNDC, c’est un non-événement puisqu’il maintient son obstination de changer la constitution, puisqu’il maintient sa décision d’organiser une mascarade électorale pour garantir la victoire de son parti aussi bien aux législatives que son référendum qui est illégal et qui est conflictogène. Donc nous continuerons le combat jusqu’à la satisfaction de nos revendications, c’est-à-dire le renoncement au 3ème mandat, l’achèvement des élections locales, l’assainissement du fichier après un audit réalisé par des experts crédibles et indépendants, et bien entendu le changement du Président de la CENI.

Dans sa déclaration le Président Alpha Condé a exclu toute reprise du processus électoral avec notamment le retour des partis politiques qui ont décidé de boycotter ces élections. Qu’en dites-vous ? 

Je dis que c’est une provocation. On ne demande pas à monsieur Alpha Condé de reculer ou d’avancer, on demande à monsieur Alpha Condé de favoriser la réunion des conditions d’une élection transparente, équitable et inclusive. Je pense que c’est ça que la communauté internationale lui a demandé, c’est ça que le conseil inter-religieux lui a demandé, c’est ça que les coordinations régionales lui ont demandé et c’est ce qui a été aussi demandé par le Clergé guinéen. Mais monsieur Alpha Condé ne répond pas à ces questions, à ces demandes du monde religieux, des coordinations et de la communauté internationale. Il continue ses fuites en avant et le FNDC continuera son combat pour l’amener à renoncer à son projet de 3ème mandat et à organiser des élections libres, transparentes et inclusives. 

Avez-vous un appel à lancer ? 

Je demande aux guinéens de rester mobiliser parce qu’il ne faut pas considérer que ce discours est une victoire ou que c’est un pas important vers ces objectifs que je viens de rappeler. Au contraire, c’est le même jeu auquel se livre Alpha Condé pour gagner un peu du temps et essayer de redorer son blason au niveau international. Notre combat doit continuer encore avec plus de rigueur et plus de vigueur.

 

Interview réalisée par Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 666 134 023

Créé le Samedi 29 Février 2020 à 17:58