Démission Yéro Baldé: Ce qu’en dit le parti de Cellou Dalein Diallo…

Politique
Ousmane Gaoual Diallo et Cellou Dalein Diallo, président de l'UFDG
Ousmane Gaoual Diallo et Cellou Dalein Diallo, président de l'UFDG

CONAKRY-La démission du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique continue de susciter des réactions dans le landernau politique guinéen. Si du côté du RPG arc-en-ciel, on affiche une prudence, à l’opposition les réactions sont partagées.

Annonçant avoir pris acte de cette démission, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti d’opposition dirigé par Cellou Dalein Diallo, espère que ce départ fouettera la conscience d’autres ministres.

 « Nous prenons acte de cette démission qui vient à la suite de deux autres démissions importantes. Celles du ministre de la justice Cheick Sacko et du ministre de la citoyenneté monsieur GassamaDiaby. Donc le départ de YéroBaldé continue sur l’encrage de l’habitude de nos responsables politiques. Nous espérons que cela va fouetter la conscience d’autres ministres et d’autres responsables et même des hauts cadres de l’Etat qui acceptent de mettre de côté (leurs propres intérêts) pour préserver l’intérêt collectif. Et ça nous sommes très ravis de ça et on suit attentivement l’évolution des choses », a réagi Ousmane Gaoual Diallo, le directeur de la cellule de communication de l’UFDG.

Le ministre démissionnaire est un militant de longue date du RPG. Pour Ousmane Gaoual Diallo, ce n’est pas une surprise.

 « On peut absolument concilier le départ du gouvernement et son maintien dans un parti politique. Je pense que le RPG lui-même a intérêt à se démarquer de la politique d’Alpha Condé parce que c’est une politique qui conduit tout droit au suicide du parti. Donc il faut que les cadres du RPG, ceux qui au départ ont aidé le chef de l’Etat à conquérir le pouvoir en prônant une certaine manière de gouverner qui s’éloigne de l’ethnocentrisme, de la criminalité d’Etat, prennent conscience. S’ils le suivent sur ce chemin-là ils signent l’arrêt de mort de leur formation politique. Parce que ce n’est pas un chemin qui est viable en démocratie », a lancé Ousmane Gaoual Diallo.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Vendredi 28 Février 2020 à 16:58