Appel du FNDC: Panique à Nzérékoré, des arrestations à Labé, vive tension à Mali...

Manifestation contre le changement constitutionnel

MALI- Comment l’appel du front national pour la Défense de la Constitution a-t-il été suivi dans les villes de l’intérieur du pays ? Voici nos constats.

En réponse à l’appel du FNDC, des citoyens sont sortis ce jeudi à Mali en moyenne Guinée. Ils ont érigé des barricades un peu partout dans la ville et jeté des pierres sur le domicile privé du préfet. Le matériel électoral a été transporté d’urgence vers  le camp d’infanterie de Mali pour des raisons de sécurité.

« C’est très chaud à Mali centre ici. Des barricades sont partout à travers la ville, des individus sont allés jeter des pierres au domicile privé du préfet Harouna Souaré. J’ignore d’abord ce qui a été endommagé, mais on parle de son véhicule de commandement qui serait caillassé. Le matériel électoral a finalement été envoyé au camp de peur qu’il ne  soit brulé à la CEPI », a expliqué un citoyen de Mali.

Un membre de la CEPI qui a suivi la scène a raconté que «  ce matin, des jeunes avaient érigé des barricades. Entretemps, un véhicule des forces de sécurité est passé, irritant la colère des manifestants, qui ont jeté des pierres et casser les vitres du véhicule. Ensuite, ils sont partis vers la résidence du préfet. Ceux qui étaient en famille ont plaidé pour ne pas qu’on jette des pierres. Malgré tout, ils ont caillassé l’intérieur et ont endommagé le véhicule du préfet. Finalement, il a été demandé aux forces de sécurité de retourner au camp pour éviter les accrochages », explique-t-il.

Interrogé, le préfet de Mali Elhadj Harouna Souaré a décrit une situation confuse : «  Je n’ai pas le temps de vous parler là, nous sommes dans une situation confuse », a-t-il dit.

Une dizaine d'interpellations à Labé

Après les violences meurtrières de janvier dernier, la ville de Labé a renoué  avec les manifestations ce jeudi 27 février, suite à l’appel lancé par le FNDC. Alors que la cité Karamoko Alpha présentait l’image d’une ville morte, une dizaine d’interpellations ont été signalées au quartier Daka, réputé être l’un des coins chauds en période de manifestations. Parmi les personnes interpellées figurent, Diaguili international, fervent militant de l’UFDG. Des témoins indiquent que 16 pick-up des services de sécurité  ont été aperçus dans le quartier Daka alors que dans la matinée, les mobilisations avaient commencé dans certains quartiers de la ville. C’est dans ces circonstances que les forces de sécurité ont fait irruption à Daka pour procéder à des interpellations.

« On était dans le quartier ce matin quand nous avons vu les agents venir pousser les gens à quitter les grands axes. Ils sont allés aussi vers Galleya, entretemps ils ont procédé à plusieurs arrestations.  13 personnes en tout ont été arrêtées. Nous n’avons pas l’identité des autres pour le moment. Tout le monde a quitté la rue au quartier Daka, les gens sont terrés  chez eux » explique un jeune du quartier Daka qui a échappé de justesse à une arrestation. Dans la préfecture de Pita, des accrochages entre les forces de l’ordre et les manifestants ont aussi été signalés.

Scène de panique au grand marché de Nzérékoré...

En ce jour de manifestation appelée par le FNDC, un fait inédit s’est produit au grand marché de Nzérékoré. Ce jeudi 27 février 2020, un inconnu a jeté un bidon d'essence au beau milieu du rond point du marché central. Le bidon d’essence s'est enflammé, occasionnant une panique totale au marché. Les citoyens ont commencé à courir dans  tous les sens. Mais le pire a été évité de justesse. Le feu a été éteint sans faire de dégât.

Pour cette nouvelle journée de protestation appelée par le FNDC, à Nzérékoré, plusieurs boutiques  et magasins sont fermées dans le grand marché. Du côté de la Scierie, la quasi-totalité des boutiques restent fermées. Au lycée Felix où se tient la formation des membres des bureaux de vote, deux pickups de la gendarmerie y sont déployés pour assurer la sécurité.

Dans les villes comme Mamou, Boké, Kindia, des incidents n’ont pas été signalés. On note cependant la paralysie des activités commerciales.

La rédaction avec l'équipe des correspondants

Créé le Jeudi 27 Février 2020 à 15:31