Hadja Halimatou : "Les policiers ont mis main sur Dr.Fodé Oussou…"

Interview
Hadja Halimatou Dalein Diallo et Dr. Fodé Oussou Fofana
Hadja Halimatou Dalein Diallo et Dr. Fodé Oussou Fofana

MAMOU-Que s’est-il passé ce samedi 21 février 20 à Mamou ? Alors que plusieurs responsables de l’UFDG ont été séquestrés par la police, Hadja Halimatou Dalein Diallo vient de s’exprimer sur ce qui s’est réellement passé. L’épouse du chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo s’est confié en exclusivité à notre rédaction.

AFRICAGUINEE.COM : Des violences ont été enregistrées aujourd’hui à Mamou alors que vous y séjournez. Certains responsables de l’UFDG ont été séquestrés par la police. Dites-nous réellement ce qui s’est passé ?

HADJA HALIMATOU DALEIN DIALLO : J’étais là pour le décès d’Elhadj Youssouf  Diallo. En même temps Dr. Fodé Fodé Oussou et honorable de Cellou Baldé sont là pour un meeting du FNDC. L’enterrement c’était hier. Donc, ce matin on devait se retrouver avec la fédération de l’UFDG pour mettre les choses au point. C’est là qu’ils sont venus nous séquestrer. Ils ont mis leurs véhicules devant la porte de notre résidence pour dire « interdiction de sortir et de rentrer ».

Et c’est là que les choses ont commencé à dégénérer ?

Bien sûr ! Ils ont d’abord dispersé les militants qui s’étaient mobilisés. Parce que comme vous le savez, quand ils apprennent que leurs leaders sont là, ils viennent. Il y avait assez de militants dehors avec leurs motos. Ils ont  emporté leurs motos, leur jeter des gaz lacrymogènes, les chasser de là. Nous sommes restés confiner à l’intérieur.

Un peu plus tard, nous avons reçu une délégation de la ligue des sages de Mamou qui sont venus nous demander de reporter le meeting à cause de l’arrivée probable du président demain à Mamou. Nous nous sommes dit que ce n’est pas le Président de la République qui arrive, mais le président du RPG qui vient pour une campagne. A un moment donné, on a un peu tiraillé, on ne voulait vraiment pas céder, actuellement tous les magasins, boutiques de Mamou sont fermés, la ville est paralysée, mais par respect pour les sages nous avons en fin de compte accepté leur demande.

On a fait un huis-clos, on leur a dit qu’on ne peut pas refuser leur demande. S’ils estiment que pour la paix de Mamou, la quiétude, ils souhaitent qu’on reporte notre meeting, on l’accepte mais de faire libérer les jeunes arrêtés et de restituer les motos saisies. Donc, on a reporté notre meeting au lundi 24 février.

Quelle est la raison de votre séquestration ?

Je serai heureuse de connaître la réponse ! C’est juste un abus. Je pense que c’est de l’injustice. Ils viennent quand ils veulent, ils font ce qu’ils veulent. Le référendum, il y a le « oui » et le « non ». S’ils sont pour le « oui », nous, nous sommes pour le « non ». Chacun a le droit de faire la campagne. C’est un abus de pouvoir, c’est de l’injustice.

Est-ce que des policiers ont réellement porté main sur vous ?

Ils nous ont  brutalisé peut-être indirectement parce qu’ils nous ont jeté des gaz lacrymogènes. Ils ont mis main sur Dr. Fodé Oussou et honorable Cellou Baldé qui sont pourtant des députés. C’est pour vous dire jusqu’où ils sont allés. Sinon un député est protégé par son immunité. En ce qui me concerne, ils ne se sont pas approchés de moi, mais ils ont poussé les Honorables Fodé Oussou et Cellou Baldé ; après ils ont gazé l’entourage qui était à côté de nous pour les disperser.

Quelle va être la prochaine étape ?

Les membres de la délégation  vont continuer sur Dalaba qui les attend. Ensuite demain, ils iront à Pita. Le lundi ils seront à Mamou pour faire le meeting.

Entretien  réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Samedi 22 Février 2020 à 17:06