« Cas suspect » de Coronavirus à Kamsar : l’administrateur de l’hôpital précise…

Guinée

KAMSAR- La mort d’un asiatique a crée un vent de panique dans la cité industrielle de Kamsar. Un ressortissant indonésien qui travaillait dans un bateau appartenant à une société chinoise a trouvé la mort dans des circonstances qui ne sont pas encore élucidées. 

Le dépôt de son corps à l’hôpital de « ANAIM » de Kamsar a créé un vent de panique dans la cité industrielle. De nombreux citoyens craignent un cas de coronavirus, surtout que la victime est un asiatique. 

Cheick Ahmed Doumbouya, l’Administrateur Général de l’hôpital « ANAIM » de Kamsar se veut rassurant. Selon lui, il s’agit d’un dépôt de corps que ses services ont enregistré.

« C’est un indonésien et non un chinois. Il travaille dans un remorqueur dans une société chinoise ici. Nous avons toute sa documentation. À ce stade, rien ne nous diit qu’il s’agit du Coronavirus. Il reste un cas suspect. Mais la probabilité reste très faible », a expliqué M. Cheick Ahmed Doumbouya.

L’épidémie du Coronavirus a déjà fait plus de 3 200 morts avec plus de 76 000 cas confirmés en Chine, selon l’Organisation Mondiale de la Santé. 

« La période d’incubation du Coronavirus c’est 14 jours. Et le voyage entre la Chine et la Guinée par la mer c’est au moins 45 jours. Ce qui veut dire que s’il y a un seul qui contracte la maladie là-bas et prend la route pour le port de Kamsar, il va mourir avant d’arriver ici. Ensuite, nous avons des documents qui attestent que cet indonésien est en Guinée depuis le mois de septembre 2019. Ce qui nous rassure davantage qu’il ne s’agit pas du Coronavirus », a souligné M. Doumbouya, l’Administrateur Général de l’hôpital où le corps de l’indonésien a été déposé.

Nonobstant tous ces facteurs, un test médical sera fait pour déterminer l’état du corps qui a été déposé à l’hôpital. 

Sur les lieux, les agents des des services de sécurité y ont été déployés. Une enquête sera diligentée pour déterminer les causes du décès de cet indonésien.

« Il avait deux doigts cassés, et d’autres traces sur le corps. Mais c’est à la police de nous édifier sur les causes de sa mort », précise M. Doumbouya qui souligne que des dispositions ont déjà été prises par rapport à la maladie du Coronavirus qui est entrain de faire des ravages en Chine.

A rappeler que de nombreux ressortissants chinois sont à Kamsar où ils travaillent pour des sociétés évoluant dans le secteur minier.

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 22 Février 2020 à 15:31

TAGS