Législatives du 1er mars: des citoyens se retrouvent avec trois cartes électeurs…

Fichier électoral
Des citoyens cherchant leurs cartes électorales
Des citoyens cherchant leurs cartes électorales

MAMOU- C’est une situation assez "inédite" à laquelle plusieurs citoyens font face! Alors que l'opposition dénonce la qualité du fichier électoral, estimé à plus de sept millions d’électeurs, plusieurs citoyens se sont retrouvés avec plusieurs cartes électeurs.

Les signalements suivis de témoignages continuent d’inonder la toile depuis le début des opérations de distributions des cartes d’électeurs. Des faits qui sont révélateurs d'un certain "amateurisme" et du "travail bâclé" qui a caractérisé l’établissement du fichier électoral. A Mamou, des cas de doublons voire même des triplons s ont été enregistrés, a-t-on constaté.

À la Poudrière, un homme très âgé s’est retrouvé avec 3 cartes d’électeurs à différents bureaux de vote. Ses proches témoignent : « Il est très âgé. Il a retrouvé trois cartes d’électeurs lui appartenant. Il les a déposés ici. Ce n’est pas le seul cas. Il y’en a plein ici. Les personnes qui sont mortes ont leurs cartes ici. Ceux qui sont allés en aventure  la même chose. Vraiment on ne comprend pas ce qui se passe. C’est de la pagaille totale. Le vieux là, peux voter au CAAF 1 au CAAF 2 et au lycée Poudrière s’il veut », a déclaré Mamadou Madjou Diallo.

À Poredaka, c’est le même scénario que nous avons constaté. Là aussi, les cas de doublons sont palpables. Des citoyens rencontrés nous ont montré des cartes doublées voir même triplées pour les uns.

À Konkouré, la distribution avait été perturbée mercredi soir par des jeunes qui ont retirés plusieurs lots de cartes avec les responsables des commissions de distribution. Dans le district de Tamagaly et de Tamba bété, c’est ce qui a stoppé la distribution ce jour. La trésorière de leur CESPI était en audition et mis en garde à vue à la gendarmerie de Mamou. Selon le sous-préfet de Konkouré, elle est soupçonnée d’être complice des loubards qui ont dérobé les cartes. Des accusations que rejettent madame Ramatoulaye Diallo. Selon elle, les cartes ont été retirées par des personnes cagoulées.

«  Je n’ai pas pu les identifier. Ils étaient tous cagoulés, ils m’ont menacé de morts avant de prendre les cartes. C’est le sous préfet qui a appelé à Mamou pour envoyer des gendarmes chez moi. Je suis là en garde à vue à la gendarmerie », témoigne-t-elle.

Il faut signaler que la distribution des cartes électeurs enregistre des couacs dans la préfecture de Mamou.

Habib Samaké

Correspondant régional

d’africaguinee.com à Mamou

 

Créé le Samedi 15 Février 2020 à 18:44