Damaro aux chauffeurs de Magbana : « Constituez des brigades de surveillance… »

Politique
Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle
Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle

CONAKRY-Amadou Damaro Camara a lancé un appel ce jeudi 23 janvier 2020 aux transporteurs de Minibus (Magbana) de la capitale, réunis en assemblée générale extraordinaire à la gare voiture de Matoto après la calcination de plusieurs véhicules et d’accidents dus au déversement des huiles moteurs sur la chaussée. 

Alternant des messages d’avertissement et de sensibilisation, le député a appelé à la mise en place d’une brigade de surveillance pour épingler ceux qui brûlent les véhicules.  Voici un extrait de son discours. 

 

La communauté du Konia n’a pas peur de la guerre

« Que ça soit les forces de l’ordre, que ça soit des manifestants, que ça soit des infiltrés, la Guinée a besoin de connaitre ces assassins. Mais le problème c’est quoi ? On sait que dans ce quartier (Matoto, ndlr), il y a une forte communauté du Konia, on sait que le transport des Minibus est dominé par la communauté du Konia. En s’attaquant à eux, on veut les mettre dans une bataille. Je voulais attirer l’attention de ces provocateurs : cette communauté n’a pas peur de la guerre. Mais nous connaissons aussi les méfaits de la guerre. Nous l’avons vécu au Libéria, nous l’avons vécu en Sierra Léone, nous l’avons vécu en Côte d’Ivoire, nous ne voulons pas la vivre en Guinée. Ce n’est pas par peur, mais nous avons besoin de la paix en Guinée. C’est pourquoi je demande aux uns et aux autres de se calmer (cris dans l’assistance). 

Ceux  qui veulent la guerre en Guinée, ils ne l’auront pas 

Constituez des brigades de surveillance parce que les malintentionnés disent  que c’est le président qui occasionne même l’incendie de vos véhicules à la casse et ailleurs par inconscience. Comment est-ce que le Président qui est en train de construire son pays va dire d’aller casser la préfecture qu’il vient de reconstruire ou  d’aller casser les commissariats ou les gendarmeries  qu’il vient de reconstruire ? Mais ceux-là, ce qu’ils veulent pour la Guinée, ils ne l’auront pas. Ceux  qui veulent la guerre en Guinée, ils ne l’auront pas. Ceux qui veulent opposer les guinéens, ils ne l’auront pas. 

S’ils sont sûrs d’eux, le président de la République n’a pas demandé 1 000 choses. Vous dites que vous n’êtes pas d’accord ? Très bien.  Il y en a qui disent qu’ils sont d’accord, c’est ça la démocratie. Posons la question au peuple pour voir si ceux qui ne sont pas d’accord sont plus nombreux ou si ceux qui sont d’accord sont les plus nombreux. C’est aussi simple que ça. Est-ce que quelqu’un devait mourir en répondant simplement à cette question ? 

Ils tuent parce qu’ils ne veulent pas qu’on réponde à une question parce qu’ils sont minoritaires. Ce n’est pas parce qu’ils font du bruit. A la dictature du bruit, il faut opposer la dictature du silence, de l’abnégation et de la sagesse. 

Le plus illustre guerrier de la Guinée est du Konia

Ils vont se fatiguer parce qu’ils ne réussiront jamais à envoyer en Guinée ce qui a existé dans les pays voisins. Je suis venu vous dire une seule chose. Le plus illustre guerrier de la Guinée, c’est Almamy Samory Touré, il est du Konia. L’un des plus illustres connus, c’est Bandouno Sadji, il est du Konia, l’un des plus illustres aussi, c’est Sebréma Cissé, il est du Konia. On n’apprend pas au Konia la guerre.  Mais le Konia ne veut pas de la guerre même si on veut l’impliquer dans une guerre. Parce que le Konia aime la Guinée. On se battra pour la paix en Guinée. 

Être sage n’est pas un signe de faiblesse. Surveillons nos véhicules. Mais je vais vous dire une seule chose : Si vous prenez quelqu’un en train de brûler vos  véhicules, ne le tuez pas, ne le frappez pas, prenez-le pour qu’il soit une preuve des commanditaires. Mettez-le à la disposition des autorités. Nous savons ce qu’il faut en faire après. Il y a beaucoup qui parlent  aujourd’hui en Guinée mais qui ont fui. Des inconscients comme les Abdallah (président du GOHA, ndlr) qui veulent mettre le feu au pays ». 

 

Bah Aissatou 

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 114

Créé le Jeudi 23 janvier 2020 à 17:24