Conakry : des journalistes molestés puis dépouillés par des « bérets rouges »

Insécurité à Conakry
Image d'illustration
Image d'illustration

CONAKRY-De nos jours, il y a une recrudescence d’exactions des agents de sécurité vis-à-vis de certains citoyens qui se plaignent en longueur de journée. Même les professionnels de medias ne sont pas épargnés. Dans la nuit du mardi à mercredi 18 décembre 2019, deux journalistes ont été victimes d’agression au pont 8 novembre.

Des agents postés à la rentrée de la ville de Kaloum ont molesté puis dépouillé nos deux confrères Albé Bangoura et Saliou Bah qui revenaient d’une couverture mediatique. Ces deux journalistes culturels ont perdu leurs matériels de travail et une importante somme d’argent. Ils accusent des policiers et des bérets rouges postés au pont 8 novembre, boulevard d’entrée de la commune de Kaloum. L’une des victimes que nous avons interrogé a raconté leur « mésaventure ».

 « Nous avons été victimes d’agressions par des agents postés au pont 8 novembre dans la nuit de ce mardi à mercredi. En quittant la foire d’où nous avons un contrat de couverture médiatique dans les bandes de 3h, les agents sont sortis  devant nous. Au moment où on cherchait à se garer, certains d’entre eux avaient déjà commencé à taper la voiture. Surpris, Mamadou Saliou Bah est descendu pour connaître le pourquoi. C’est ainsi qu’il y a des disputes. Nous leur avons présenté nos badges en leur disant qu’on vient du boulot. Mais ils étaient en état d’ivresse. Ils ont continué des discussions. Finalement, ils se sont tous jetés sur nous. Pendant ce temps, l’un d’entre est allé voler nos sacs dans lesquels il y avait un ordinateur et une importante somme d’argent dans la voiture qui n’était pas fermée. On ne pouvait rien faire puisqu’ils étaient tous armés », a raconté Mohamed Albé Bangoura.

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Mercredi 18 décembre 2019 à 17:25