Mission "controversée " de Soglo et Jonathan à Conakry : Paul Amegakpo de NDI brise le silence…

Interview
Paul Amegakpo, Représentant de l'ONG "NDI" en Guinée
Paul Amegakpo, Représentant de l'ONG "NDI" en Guinée

CONAKRY-Que s’est-il passé entre l’ONG « NDI » et les autorités guinéennes à propos de l’arrivée à Conakry des anciens Présidents Nicéphore Soglo et Good Luck Jonathan ? Alors que la polémique continue d’enfler à Conakry à propos d’une lettre d’information adressée au Président Alpha Condé, le Représentant-résident de NDI (National Democratic Institute) a accepté de se prêter à nos questions. Paul Amegapou revient ici sur cette mission qui a suscité beaucoup de controverses.

 

AFRICAGUINEE.COM : L’arrivée des anciens Chefs d’Etats Nicéphore Soglo et Good Luck Jonathan a suscité des polémiques. Les autorités de Conakry disent n’avoir pas été informées de cette mission même si on a vu depuis hier cette lettre d’information que le NDI a dressée notamment au Président de la République de Guinée. Que répondez-vous ? 

PAUL AMEGAPOU : Certainement dans les sillages de ceux qui ont reçu la correspondance, il y a des gens qui ont dû faire circuler la décharge. Ça veut dire tout simplement que le NDI, qui est une institution responsable et respectueuse des règles et des droits à la fois nationaux du pays, mais aussi internationaux dans ses missions, ne saurait s’y déroger. 

Vous étiez présent lors du déjeuner offert par le Président Alpha Condé à ses hôtes au Palais Sékoutoureya. Est-ce qu’il est vrai que les anciens Chefs d’Etats avaient présenté des excuses à Alpha Condé ? 

Je ne saurai répondre à cette question. Ce que je puis dire c’est que ce n’est pas une mission improvisée. C’est une mission qui rentre dans leurs cahiers de charge. S’ils ont présenté des excuses, ou déclaré avoir été manipulés, je pense qu’ils ont les moyens pour répondre à ça. Le NDI ne saura y répondre. 

Avant l’arrivée de cette mission à Conakry, est-ce que vous aviez reçu soit un courrier, soit eu une discussion avec une quelconque autorité de la Présidence ou du Gouvernement guinéen ? 

Je réponds parce que je vous respecte, je respecte la presse. Je dis encore une fois que le principe est un principe d’information. Vous savez dans les procédures et même en droit, on dit que tout ce qui n’est pas interdit est permis. Si les autorités avaient des réserves ou des avis à donner sur la mission, elles auraient pu le faire avant que la mission n’arrive. Pas à la fin. Nous on s’en tient à cela pour vous dire que nous on avait entrepris toutes les démarches idoines en la matière. Les autorités nous ont apporté tout l’appui qu’il faut, tout le long de la mission. Et nous avons tenu à les remercier. Maintenant la brève qu’on a vue hier, qui n’a d’ailleurs pas été signée, même si c’est lu sur la RTG (Radiodiffusion télévision guinéenne, Ndlr) ne nous engage pas pour l’instant. On reste dans le cadre de notre mission qui est citoyenne et qui permet d’encourager des élections paisibles, crédibles, au lendemain desquelles la Guinée s’en sort davantage plus forte. C’est le plus important. 

 

Entretien réalisé par SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 11

Créé le Dimanche 15 décembre 2019 à 12:43