Sanoh: "Ne pas aller jusqu’à la victoire serait trahir la mémoire des victimes…"

Funérailles des victimes
Levée des corps à l'hôpital Sino-guinéen
Levée des corps à l'hôpital Sino-guinéen

CONAKRY- L’émotion était encore vive ce matin à l’hôpital Sino-guinéen où les corps des victimes des derniers évènements meurtriers à Conakry étaient exposés pour un dernier hommage avant leur inhumation. Cette cérémonie de recueillement organisé par le FNDC a réuni plusieurs leaders du mouvement, mais aussi les proches des victimes.

Huit cercueils entièrement couvert du drapeau national (rouge-jaune-vert) ont été exposés. Certains citoyens venus assister à la levée des corps n’ont pas pu retenir leur larmes. Le Front National pour la Défense de la Constitution considère ces victimes comme des martyrs.  Il y a trois semaines le même « rite » était organisé à Conakry. Onze personnes tuées lors des manifestations d’octobre contre la réforme constitutionnelle ont été enterrées dans des circonstances chaotiques.

Ce vendredi 6 décembre 2019, il y avait de la frustration certes, mais la tension était moins vive. Au nom de ses pairs, Abdourahmane Sanoh le coordinateur national du FNDC a tenu un discours pathétique, mais ferme. Il évoque le chiffre de 25 morts depuis le début de la contestation contre le projet de nouvelle Constitution. Assurant que ces crimes ne resteront pas impunis, le leader du FNDC a lancé un appel à l’endroit de toutes les antennes du Front auxquelles il demande de s’armer de courage jusqu’à la victoire finale pour ne pas trahir la mémoire des victimes.

« Sur toute l’étendue du territoire, nous avons environs 25 personnes qui sont tombées. Leur seul délit, c’est de s’engager pour que la Guinée soit meilleure. L’écrasante majorité (des victimes sont tombées) sur ordre des autorités actuelle. Nous voudrions rassurer qu’aucun de ces assassinats ne restera impunis. Il faudrait que cela soit très clair pour aussi bien les commanditaires que les éléments des forces de défense qui parfois n’ont pas eu l’humanisme, ils ont eu le cynisme de tirer à bout portant sur des citoyens guinéens dont ils ont la responsabilité de protéger.

C’est un jour noir pour notre peuple, c’est un jour de tristesse. Je voudrai dire aussi à l’ensemble de toutes les antennes du FNDC, que ne pas aller jusqu’au bout de la victoire finale serait trahir la mémoire de toutes ces victimes tombées. Nous devons aller jusqu’à la victoire finale. Cela doit être clair dans les oreilles de tout le monde. Il faut que ce rêve dangereux, satanique, soit transformé en cauchemar pour ceux qui sont en train de le faire. Nous sommes déjà près de la victoire finale. La peur est dans leur camp, continuons à nous battre pour que notre pays change à jamais positivement », a lancé le leader du FNDC.

La marche funèbre s’est déroulée cette fois-ci sans incidents. Sur des banderoles, on voyait des photos des victimes accompagnées de slogans. « Si vous voulez, tuez-nous tous, mais ça ne passera pas », peut-on lire sur certains messages en langue locale soussou. L’inhumation est prévue dans l’après-midi au cimetière de Bambéto.

Nous y reviendrons !

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Vendredi 06 décembre 2019 à 14:21

TAGS