Enrôlement des électeurs : de nombreux couacs signalés de Conakry…

Élections législatives
Opération d'enrôlement dans un quartier de Conakry
Opération d'enrôlement dans un quartier de Conakry

CONAKRY- Manque de récépissés et de fiches d’identification, lenteur, manque de qualification mêlé à un mécontentement général des opérateurs de saisis, voilà un constat révélateur d’un processus électoral biaisé à la base. 

La machine du processus d’enrôlement des électeurs en vue des législatives se grippe. Etamé le 21 novembre dernier, les opérations de révision de la liste électorale pour les élections législatives du 16 février se poursuivent sur le terrain non sans anicroches. De nombreuses défaillances sont constatées sur le terrain. Nos constats dans certains quartiers de Conakry, la capitale. 

Dans la commune de Ratoma, les citoyens s’enrôlent dans les quartiers sans récépissés. C’est le cas du quartier Bantounka I (Cosa), où depuis plusieurs jours les citoyens sont enrôlés sans récépissés. Une pièce qui pourtant leur permettra d’obtenir la carte électeur après son impression. 

Dans ce quartier de la commune de Ratoma, aux CAERLES (commissions administratives électorales de révision des listes électorales) numéro 0844 et 0848, certains électeurs refusent de s’acquitter de ce devoir citoyen à cause du manque de récépissés depuis 3 jours. Venue se faire enrôler, une jeune femme nous a confié que beaucoup de personnes dans le quartier sont découragées.

« C’est la première fois que je me suis enrôlée.  Ils ont pris mes empreintes et ma photo mais ils ne m’ont pas remis un récépissé. Je demande à la CENI de tout faire pour nous aider à avoir ce document. Il ne faut pas blaguer avec cela parce que c’est ce qui nous permettra d’avoir la carte d’électeur pour voter », a lancé Baldé Fatoumata Diariou. 

Du coté des membres des CAERLE, on tente de donner une explication face à ce manque de récépissés.

« Depuis que le recensement a atteint mille personnes inscrites, nous ne disposons plus de récépissés.  Les attestations d’identification aussi avaient manqué. Actuellement nous enrôlons les citoyens sans récépissés, mais les renseignements sont déjà dans la base de données.  La CENI dit que les machines sont en panne pour les récépissés et qu’on pouvait continuer à travailler sans ce document », a rassuré Monsieur Diallo. 

Selon le président de la CAERLE 0844 de Bantouka I, par jour ils peuvent enrôler jusqu’à 170 personnes. Mamadou Aliou Diallo sollicite auprès de la CENI la mise à leur disposition des récépissés.  Au niveau des CAERLE, il n’y a pas que ce problème. Les opérateurs de saisie vivent aussi un malaise qu’ils ont du mal à cacher. Ils dénoncent les mauvaises conditions de travail. 

Rencontrée, une opératrice de saisie a exprimé sa colère en fustigeant le non-respect de l’engagement de la CENI concernant le payement de leurs primes. Elle dénonce également les menaces dont ils sont victimes de la part de certains citoyens.  

 « Je suis la seule opératrice de saisie dans cette CAERLE. Il y a la fatigue parce que je travaille de 8 heures à 18 heures. Parfois, les citoyens qui refusent de rester sur les rangs viennent nous menacer en disant que le travail est lent. Concernant nos primes l’argent qu’on nous envoyé est petit et c’est par Orange Money sans frais. Vraiment la CENI n’a pas respecté ses engagements alors qu’on a signé un contrat », a dénoncé cette opératrice de saisie sans dévoiler le montant reçu.    

Par contre à Dixinn dans la CAERLE 013 malgré quelques manquements liés à la rupture de récépissés, le recensement se déroule normalement. Des opérateurs de saisie ont rassuré de l’arrivée de nouveaux récépissés. Sur les lieux, l’affluence n’est pas au rendez-vous pour le moment.   

Rencontrée à Sandarvalia secteur II, la présidente de CAERLE 0451, Aminata Lancei Camara a assuré que tout se passe dans de bonnes conditions. Elle parle d’une soixantaine d’électeurs enrôlés par jour, dans cette CAERLE située dans la commune de Kaloum. 

 

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 14

Créé le Mercredi 04 décembre 2019 à 13:30

TAGS