Labé : une femme de 45 ans, mère de deux enfants, violée puis tuée à Pilimini…

Viol
Image d'illustration
Image d'illustration

KOUBIA- C’est un crime qui suscite l’indignation qui a été commis à Pilimini, dans la préfecture de Koubia. Dame Diamilatou Diallo, mariée et mère deux enfants, a connu une triste fin alors qu’elle se rendait au marché hebdomadaire de Pilimini centre, à environ 10 km de son village de Boussoura. Disparue sur le chemin du marché le samedi 26 octobre aux environs de midi, ce n’est que le lendemain à 10 heures qu’elle a été retrouvée sans vie. Son corps a été retrouvé avec des blessures et des saignements au niveau de ses parties intimes.

La mère de famille a été violée avant d’être tuée par des inconnus. Son mari qui est aveugle et ses deux enfants sont inconsolables depuis qu’ils ont appris la triste nouvelle.

« La victime avait un foulard attaché au cou. Elle avait des blessures sur certaines parties de son corps. Au niveau d’un pied, elle saignait de sa partie intime. Elle était en route pour le marché mais elle n’était pas encore arrivée. Elle est de Boussoura dans le district de Madina Sougué. Selon les informations c’est aux environs de midi qu’elle a quitté son domicile pour le marché. C’est à à 1km du qu’elle a rencontré ses bourreaux ou son bourreau. C’est à quelques mètres de la rivière le Wargalanwol que l’acte s’est produit. À côté de son corps, on a retrouvé un petit sceau dans lequel elle avait quelques mesures de fonio. On nous apprend que c’est qu’elle devrait vendre pour acheter autres chose pour la famille et rentrer. C’est une femme très misérable qui s’occupe de son mari aveugle qu’on vient de tuer. Les enquêtes sont ouvertes pour retrouver les présumés auteurs du crime. Elle est mère de deux enfants, une fille de 32 ans et un garçon de 17 ans »a expliqué le sous-préfet de Pilimini, Diawo Baldé qui indique que pour le moment aucun suspect n’a été appréhendé.

Thierno Mamadou Ciré Bah, l’époux de la victime est toujours inconsolable. Âgé de 76 ans, il revient ici sur les derniers moments passés avec sa femme. 

« L’information m’est parvenue au moment où je ne l’attendais pas. Ma femme m’a informé qu’elle partait au marché hebdomadaire comme tous les samedis pour acheter des condiments. Mais ce samedi elle est restée sans donner de ses nouvelles. À la tombée de la nuit j’ai demandé aux voisins qui sont revenus du marché, ils m’ont dit qu’ils ne l’ont pas vu là-bas. Après nous avons appelé partout pour dire que ma femme n’est pas rentrée. C’est finalement dans la matinée que le corps de ma femme a été retrouvée là où elle a été assassinée. Le corps a été ramené ce dimanche pour inhumation dans le village. Ma femme Djamilatou  a préparé nous avons mangé à midi avant qu’elle ne parte pour le marché. Je suis anxieux aujourd’hui en apprenant son décès. Elle m’a laissé, je suis aveugle. Je ne sais vraiment quoi dire ou faire.Jje suis attristé et touché au plus profond de moi. Elle est ma deuxième femme, la première est encore là » a témoigné l’époux de la victime.

Agée de 32 ans, mariée à Hafia à 22Km de Labé, la fille de la victime est inconsolable.

« Je suis là mais absente aussi. J’ai perdu mon pilier, ma confidente, c’était elle qui était tout pour moi. Je laisse à Dieu qui l’a rappelée mais je ne pardonne pas les criminels qui ont tué ma mère. On m’a appelé hier samedi à 22heures pour m’informer de la disparition de ma mère. Je suis venue d’urgence avec mon mari. Dans la matinée de ce dimanche, mon jeune-frère m’a informé que notre mère a été retrouvée morte. Je réclame justice. C’est vrai j’ai perdu ma mère mais il y a d’autres familles qui ont perdu des proches dans les mêmes circonstances. Elles ne sont pas encore situées. je sais que je ne suis pas plus chanceuse que toutes ces familles qui attendent encore mais je prie Dieu qu’il nous livre le tueur de ma mère »a déclaré en sanglot Taibou Bah

Un agent de santé en service à Pilimini a confirmé que la victime a bel et bien été violée avant d’être tuée.

Cette affaire vient allonger la liste des crimes odieux en Guinée.

 

Alpha Ousmane Bah (AOB)

Pour africaguinée.com

Tél. (+224) 664 93 45 45

Créé le Lundi 28 octobre 2019 à 9:49