Cellou Dalein : « Est-ce qu’ils ont l’intention de refaire la tragédie du 28 septembre 2009… »

Interview
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- Cellou Dalein Diallo vient de lancer un messager à l’endroit des forces de l’ordre. En prélude aux prochaines manifestations que le Front National pour la Défense de la Constitution compte organiser, le Chef de file de l’opposition guinéenne s’est adressé aux Hommes en uniforme. 

Cellou Dalein Diallo s’est confié une nouvelle à la Rédaction d’Africaguinee.com…

 

AFRICAGUINEE.COM : Est-ce que des concertations sont enclenchées au sein du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) autour de la date de la reprise des manifestations de rue ? 

CELLOU DALEIN DIALLO : Je vous renvoie aux déclarations du Ministre de la sécurité selon lesquelles « tous ceux qui veulent troubler l’ordre public trouveront les institutions de la République sur leur chemin ». On ne peut s’empêcher d’interpréter de tels propos comme une assimilation systématique et abusive des manifestations pacifiques à des troubles à l’ordre public et comme un amalgame tendancieux entretenu à dessein. L’histoire récente nous enseigne que la plupart des manifestations pacifiques de l’opposition ont été considérées comme des troubles à l’ordre public et réprimées dans le sang dans l’impunité totale. C’est ce qui est arrivé hélas avec la tragédie du 28 septembre 2009. 

Est-ce que c’est ce qu’ils ont l’intention de faire ? La question mérite d’être posée face à des citoyens guinéens qui exerçaient et exerceront leur droit constitutionnel à manifester pacifiquement dans la rue et sur les places publiques. Il ne me revient pas de rendre public le programme des manifestations, c'est au FNDC de le faire en temps opportun.

Comment éviter les PA qui depuis leur installation sont très enclins à réprimer  toute forme de mobilisation ?

Les agents présents dans les PA et dans les autres unités de police et de gendarmerie, chargés du maintien de l’ordre, sont aussi des citoyens guinéens qui partagent la même détresse sociale que le peuple dont ils font partie intégrante. Il reste à espérer qu’ils n’exécuteront pas aveuglément les instructions manifestement illégales d’Alpha Condé et qu’ils comprendront l’intérêt de s’opposer à la violation de la Constitution et à l’assassinat programmé de notre démocratie, avec les menaces que cela fait peser sur la paix et la stabilité nationale et sous-régionale.

Des cas de morts ont très souvent émaillé les précédentes manifestations politiques à Conakry. Comment éviter que cela se répète ?  

 Il faut sensibiliser, responsabiliser et dissuader ceux qui tuent et mettre un terme à l’impunité, car c’est l’impunité d’hier qui encourage la récidive d’aujourd’hui. C’est dans ce cadre que j’ai demandé à nos forces de l’ordre et de sécurité de s’inspirer du comportement de leurs collègues algériens. Je les exhorte à avoir un comportement républicain et exemplaire qui permette de sécuriser les manifestations plutôt que de les réprimer dans le sang.

 

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 25 septembre 2019 à 13:54