Incendie meurtrier à Monrovia : qu’est-ce qui s’est réellement passé ?

Incendie

CONAKRY-Le ministère des affaires étrangères vient d’apporter quelques précisions sur le drame survenu dans un centre de mémorisation du Coran à Monrovia dans la nuit du mardi à mercredi 18 septembre 2019. 

Alors que plusieurs chiffres sont avancés dans une totale confusion sur le nombre de victimes, une source proche du département des affaires étrangères qui cite l’ambassade de Guinée à Monrovia précise que ce sont 28 personnes qui sont mortes dans ce gigantesque incendie. Toutes les victimes, en majeure partie des enfants seraient guinéennes. 

Notre informateur précise que l’ambassadeur de Guinée en poste dans la capitale libérienne s’est rendu sur les lieux du sinistre et a pu avoir la confirmation sur la mort de 28 personnes. Le diplomate guinéen s’apprêtait d’ailleurs à faire un communiqué pour apporter plus de précisions sur ce drame. Grâce à l’aide de croix rouge, et les services de sécurité, les corps retrouvés ont été enroulés dans du linceul pour être inhumés. 

Ce drame a plongé la communauté guinéenne dans une profonde consternation mêlée  d’interrogations. Car le complexe de mémorisation du coran ne serait pas alimenté en courant électrique. Alors que des enquêtes sont ouvertes pour déterminer les causes exactes de l’incendie, aujourd’hui beaucoup s’interrogent sur  comment un tel feu s’est déclaré au milieu de la nuit dans le bâtiment, décimant tous les occupants exceptés cinq enfants qui ont pu être sauvés in extremis.  

« C’est triste ce qui est arrivé à nos parents au centre de mémorisation du coran à Red Light. Presque tous les enfants et les deux maitres sont restés dans les flammes. Seulement quatre ont pu être sauvés. C’est du jamais vu ! Au-delà l’école coranique, il y a une mosquée où nous nous retrouvons tous pour les prières de vendredi. Pour le moment les identités des victimes ne sont pas toutes connues. En tout, il y avait le maitre principal Ahmadou Bah son adjoint et 36 talibés. Il suffit de voir l’intérieur du centre pour comprendre l’étendue des dégâts. Aucun corps n’est reconnaissable. Ils venaient chercher le savoir, ils meurent sans savoir de quoi ils sont morts, parce qu’ils dormaient tous. Dans l’après-midi tous les corps carbonisés ont été préparés pour l’enterrement. C’est triste »,  a expliqué Habib Barry guinéen vivant à Monrovia, encore sous le choc.  

Thierno Bhoye Diallo révèle que l’année dernière un feu a failli consumer le centre mais il a vite été  maitrisé. Le gouvernement libérien a annoncé l’ouverture des enquêtes en présence du président de la République. 

 «  Je peux vous dire que les doutes viennent de partout quant à l’origine du feu, il n’y a pas de courtant ici. L’année dernière un feu que personne n’a connu l’origine a failli brûler le centre mais il a été très vite maitrisé par  les gens. Cette fois encore nous avons peur que ça soit la même chose. Le président Weah est venu avec quelques membres de son gouvernement pour constater les dégâts, présenter les condoléances, ensuite ils ont annoncé des enquêtes pour situer les responsabilités. Nous demandons toute la lumière dans cette affaire. Des innocents qui périssent comme ça dans un feu aussi puissant et  que les services de secours n’aient rien pu faire. Personne n’était pas préparé à l’affronter ainsi. La plupart des enfants sont venus de la Guinée pour étudier, c’est eux qui sont à l’internat. Il y a bien d’autres enfants qui viennent des familles guinéennes installées au Liberia mais ceux-là rentrent après lecture du coran. Deux proches sont parmi les victimes .Les pertes sont énormes c’était un véritable lieu de rencontre pour la communauté guinéenne » a expliqué ce guinéen en larmes. 

Le président libérien qui s’est rendu sur les lieux du drame au quartier Redlight a compati aux douleurs des familles des victimes et a présenté ses condoléances à la communauté musulmane. 

« Mes prières vont aux familles des enfants qui sont décédés la nuit dernière à Paynesville City; à la suite d'un incendie meurtrier qui a englouti leur école. C'est une période difficile pour les familles des victimes et pour tout le Libéria. Les plus sincères condoléances vont aux familles endeuillées et l'ensemble de la communauté islamique. Que Dieu les fortifie et leur donne le courage de persévérer. Continuons à garder les familles dans nos prières », a réagi le président du Libéria. 

Nous y reviendrons !

 

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 664 93 45 45

Créé le Jeudi 19 septembre 2019 à 12:07

TAGS