Guinée : Quand le ministre Lamine Fofana agace certaines femmes…

Société
Mohamed Lamine Fofana, ministre de la Justice, garde des sceaux
Mohamed Lamine Fofana, ministre de la Justice, garde des sceaux

CONAKRY- Face à l’interdiction des habits sexy dans les locaux du département de la Justice, certaines activistes des droits des femmes ont haussé le ton  face à cette mesure jugée ‘’misogyne’’. Elles dénoncent cette décision du ministre Mohamed Lamine Fofana, qu’elles qualifient de « discriminatoire », privant les femmes de leur liberté.

Le nouveau Ministre de la Justice, garde des Sceaux Mohamed Lamine Fofana a donné récemment des consignes administratives interdisant  tout habillement faisant ressortir les rondeurs des femmes au sein de son département. Les femmes  portant des habits sexys n’ont pas accès dans les locaux  du ministère  Rencontrée,  une visiteuse  a exprimé sa colère contre  cette interdiction.

 «  J’étais venue pour  le dépôt de documents au quatrième étage mais  le réceptionniste m’a interdit l’accès en me faisant  comprendre qu’ils ont reçu des consignes du ministre de ne pas recevoir les femmes qui sont habillés en pantalons. Cette décision est vraiment  une manière de discriminer les femmes sinon pourquoi interdire aux femmes de jouir leur liberté. Les femmes guinéennes doivent se lever pour bannir cette mesure », a martelé Fatoumata Soumah.

Interpelé sur les raisons de cette mesure, un cadre du département a indiqué que ce sont les habillements ‘’extravagants’’ des femmes au sein du département qui sont interdit. Interrogée sur cette problématique, une activiste  des droits des femmes a qualifié cette interdiction  de ‘’misogyne ’’.

 « C’est de la misogynie pure et simple. C’est d’ailleurs ridicule pour un ministre de surcroît de la justice, de s’attarder sur de telles futilités alors qu’il a des tonnes de dossiers d’injustice sociale à traiter et à réparer. C’est le ministère qui devait  se battre pour le respect des droits des femmes et non pour les piétiner. Si cette décision est sciemment prise par le ministre de la justice, alors c’est plus qu’inquiétant. Ceci est une autre forme de discrimination des femmes et d’un manque de respect à leur égard, car on ne dicte à aucun homme comment il devrait s’habiller. Pourquoi donc aux femmes ? Ce ne sont que des préjugés ou des jugements sexistes? Nous avons des fillettes violées tous les jours, des conjoints qui s’entretuent dans les foyers, des filles vendues et maltraitées. Au lieu de s’attaquer à tous ces cas, les cadres de ce département participent à la restriction des libertés des femmes et à la privation de leurs droits, je me demande qui pour nous défendre et garantir nos droits », dénonce Hadiatoullaye Diallo.

Cette bloggeuse, demande au Ministre de la Justice  de  revoir cette décision qu’elle qualifie d’‘’ absurde’’.

« Aucune femme cadre où fonctionnaire guinéenne ne se permettrait de s’habiller n’importe comment pour se rendre à son lieu de service. Et interdire à une femme de porter un pantalon dans un département ministériel est la décision la plus absurde qui puisse exister au 21ème  siècle et en 2019. Alors si cette décision s’avère, que le ministère revoit la forme et le fond de cette pilule, car elle est assez amère pour nous passer à la gorge», prévient-elle.

De son côté, la Présidentde l’ONG  Femmes, Développement et Droits Humains en Guinée a vigoureusement condamné cette mesure.  A son tour, elle  demande  au Ministre Mohamed Lamine Fofana de ne pas restreindre les libertés fondamentales des citoyennes.

« Il faut savoir comment prendre de telle décision.  On sait que dans les lieux de services, il y a des habillements appropriés c’est partout dans le monde. Quand vous partez dans les banques tout le monde est bien habillé même si les jupes sont quelques fois courtes, c’est adapter à l’environnement. Ils n’ont qu’à essayer de revoir la situation de telle sorte qu’ils n’empêchent  pas les gens à faire leur travail. L’appel que je pourrais lancer c’est de ne pas restreindre les libertés fondamentales  des citoyennes », a déclaré Moussa Yéro Bah.

Ces militantes des droits des femmes  lancent  un appel à la couche féminine lui demandant de se battre pour faire valoir ses droits et ne pas se laisser intimider par des jugements ‘’sexistes et misogynes’’.

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

 

Créé le Lundi 22 juillet 2019 à 14:49

TAGS