Labé : immersion dans le monde d’un « Oustaz » qui ligote et frappe ses patients pour les soigner…

Reportage

LABE- L’homme est bien connu à Labé, précisément dans le quartier Tata 2, secteur Thiaghè. Oustaz c’est le nom de ce « médecin » traditionnel qui a une façon très particulière de soigner ses patients. Il les ligote avant de les fouetter tout en leur aspergeant de l’eau sur le visage. 

L’une de ses victimes que nous avons rencontrée, nous a décrit la façon de soigner de cet Oustaz qui a refusé de nous divulguer son identité. 

« J’étais parti à la quête d’un guérisseur, mon corps me faisait mal partout. Je suis allé chez Oustaz qui m’a consulté, ensuite il m’a dit que les frais des soins c’est 1 500 000GNF (équivalent à 150 euros). Un million payable comme caution, le reste après les soins. Ce qui fut fait. Pour le traitement, il m’a d’abord ligoté les mains et les pieds, il m’a retiré mes vêtements, il a suspendu mes pieds par derrière, de sorte que je ne pouvais même pas me remuer. Il a ensuite fait appel à quelqu’un qui m’a donné de violents coups de fouet. En même temps, Il a approché un bidon coupé rempli d’eau, à l’aide d’une grande boite de tomate vide lui le guérisseur il me versait de l’eau sur la tête, le visage, le nez, il te noie en fait avec l’eau, difficilement j’arrivais à respirer. En même temps il te pose des questions en te demandant si le diable est venu ou si le sorcier est apparu. Avec tout le mal que tu subi, tu vas forcément dire du n’importe quoi. Parce que ta liberté dépend de ce que tu vas dire. C’est une véritable torture.

60413362_731057087291073_7308549812410908672_n_0.jpgC’est comme ça que j’ai été torturé par le guérisseur. Ses soins ne m’ont rien apporté que la souffrance. Même une vieille dame qui souffrait des maux de pieds a été frappée là-bas sans avoir les soins requis, elle m’a dit depuis 6 mois elle se rend chez Oustaz pour des soins mais apparemment elle a subi tout comme moi. Comment je n’ai pas retrouvé ma santé je réclame mon argent. Je pardonne toute la torture subie en tant que père de famille. Tout mon corps est enflé et me fait mal mais qu’il me rende mon argent au moins », a témoigné Thierno Abdoulaye âgé de 53 ans, et qui est une des « victimes » de Oustaz.  

Nous avons voulu en savoir davantage sur les soins proposés par Oustaz. Nous avons pris rendez-vous avec lui en tant que patient. Nous nous rendîmes donc à Thiaghè, dans le quartier Tata 2. Une route sépare son habitation et la pièce qui fait officie de salle de soins où rodaient d’autres patients avec leurs accompagnants. Et finalement, Oustaz accepte de répondre à nos questions. Il reconnaît les coups de fouet administrés à certains patients. Mais selon lui, ces coups de fouet ont bien une raison.

« Tout dépend du patient qui se présente à toi, chacun t’explique comment il souffre . C’est en ce moment seulement que tu sauras quels sont les soins qu’il lui faut. Je sais que certaines personnes font assez de commentaires, mais dans le fond ce n’est pas ça. Si vous venez on vous consulte pour savoir si c’est la médecine qui vous soigne, nous avons un médecin qui s’en occupe, parfois c’est la sorcellerie ou cheytane (Satan, Ndlr) donc c’est avec des versets du coran qu’on vous traite. En toute chose c’est Dieu qui soigne. S’agissant de la flagellation aussi, nous ne frappons pas un patient de façon gratuite . Cette phase n’arrive que si les récitations secrètes ne donnent pas le résultat escompté, la maladie peut descendre au niveau des doigts, on applique un produit ensuite on donne quelques coups de fouet mais légèrement, après nous demandons à la maladie de sortir par la bouche, nous utilisons un caoutchouc, un petit caoutchouc aussi. Ce n’est pas le genre de bastonnade que vous entendez dans les commentaires de certains patients. Certains malades ressentent même quand la maladie descend au niveau des doigts, les pieds se remuent nous prenons le fouet pour donner quelques coups avec de l’eau que nous versons sur la tête. Après le patient se lève lui-même pour te dire qu’il a retrouvé sa santé », se défend Oustaz. 

À notre sortie des femmes intégralement voilées reprochent au guérisseur d’avoir pris trop de temps avec nous alors qu’elles sont venues les premières, surtout en ce mois de ramadan. 

A la question de savoir si elles trouvent satisfaction chez Oustaz, l’une d’entre elles a donné une réponse plutôt surprenante.

« Nous ne faisons pas des crises ou autre choses plus graves, nous souffrons des maux de tête juste. C’est juste des prières qu’il va faire pour nous et pour quelques minutes. Et puis vous devez savoir que vous êtes des hommes étrangers à nous, nous ne devons même pas échanger avec vous sur tous les points » a-t-elle lancé.

Nous profitons de l’occasion   pour s’intéresser à d’autres patients venus de Popodara à 18 km de là. Ibrahima Sow dit accompagner sa tante pour la énième chez Oustaz. Il nous confie que sa tante n’a pas subi la flagellation mais plutôt une grande quantité d’eau qui avait étouffé la femme.

 

Alpha Ousmane Bah (AOB)

Pour africaguinee.com

Tél. : (00224) 664 93 45 45

Créé le Lundi 20 mai 2019 à 12:35